31/10/2011

Le CHAT renouvelle son engagement

Le 15 octobre 2011, réunis en assemblée générale, les membres du Cercle d'Histoire et d'Art de la Thudinie (CHAT) ont mandaté François Joye, Thierry Lemoine et Nicolas Mairy pour suivre, au plus près, l'évolution des démarches visant la sauvegarde de la Chapelle des Soeurs grises à Thuin.

De plus, l'assemblée générale a également réaffirmé son intérêt pour occuper cet édifice via la création d'un musée d'histoire et d'art doublé d'une salle d'expositions temporaires aussi ouverte à d'autres prestataires.

Pour contribuer à la concrétisation de cet ambitieux projet, le CHAT s'est lancé dans la réalisation d'un dossier fouillé en vue de donner corps à ce concept de lieu culturel.

30/10/2011

Soutien d'Annie Hautier

Très déçue par le sort réservé à la chapelle, comme certainement d'autres personnes qui, comme moi, ont fait leurs études dans les années 60 dans ce sublime établissement.

Que de souvenirs dans cette magnifique chapelle à l'époque encore fonctionnelle.

Ne laissons pas s'éteindre ces moments magiques par la destruction de cet édifice qui visiblement a manqué d'entretien en temps voulu!

Annie Hautier

28/10/2011

Armoiries de Dom Barnabé par Jean-Marie Abel

Gravement endommagé par les flammes au XVIIIème siècle, le couvent put être réparé grâce à la générosité de dom Théodulphe Barnabé, abbé de Lobbes. C'est la raison de la pose des armoiries de ce prélat [...] au-dessus de la porte latérale de la chapelle.

Ces dernières armoiries étaient devenues illisibles, rongées par la mauvaise qualité du matériau. La pierre sableuse de France, au relief anéanti, fut remplacée, en 1968, par une pierre de Soignies au grain solide, offerte aux Soeurs de Notre-Dame.

Elle a été sculptée par Jean-Marie Abel [...] d'après un dessin de Léonce Deltenre.

Ce texte légèrement adapté est extrait de Léonce Deltenre, 1968, Les Monuments religieux de Thuin et leur mobilier, pp. 188-189

27/10/2011

Soutien de Gaston Berteaux

C'est avec force et conviction que Gaston Berteaux a également écrit au Collège communal pour marquer son adhésion aux projets portés par le collectif citoyen.

26/10/2011

Soutien de Lily De Roo

Lily De Roo, ancienne étudiante de l'Insitut Notre-Dame à Thuin, a pris sa plume pour interpeller les élus locaux sur le devenir de la chapelle des Soeurs grises qu'elle a eu la chance de pouvoir hanter. Elle se joint au mouvement citoyen souhaitant la sauvegarde de ce patrimoine exceptionnel.

25/10/2011

Soutien de Quentin Mairy

Mesdames et Messieurs les membres du collège communal,

Par la présente, je tenais à vous signaler que j’ai été particulièrement interpellé par le mouvement citoyen emmené par Messieurs François Joye et Nicolas Mairy. Selon moi, il est urgent d’investir dans la rénovation de la chapelle des Sœurs grises vu son état avancé de détérioration.

Leur proposition d’utiliser le mécanisme SAR est assurément l’option la plus parcimonieuse pour les finances communales et ce, quel que soit le projet retenu de redéveloppement.

Leur volonté d’assurer un suivi jusqu’au-boutiste est tout à leur honneur et démontre, s’il en était besoin, le sérieux de cette action citoyenne.

J’appuie pleinement leurs réserves et suggestions à propos de l’hypothétique projet d’implantation d’hôtel-restaurant car je crains qu’un désistement du promoteur privé ne signe l’arrêt de mort de cet édifice patrimonial. Par conséquent, l’idée de développer, avec les acteurs locaux, un concept alternatif d’espace multifonctionnel (musée d’Histoire jumelé à une salle d’expositions temporaires) est d’une prudence élémentaire. Ne dit-on pas que la prudence est mère de sûreté ?

De plus, je m’interroge sur l’impact d’un nouvel établissement horeca sur ceux existants. Ce secteur étant globalement à la peine, l’implantation d’un nouvel acteur ne va-t-il pas influencer négativement les cafés-restaurants voisins ?

Le charme de notre belle terre de Thudinie réside dans ses prodigieux monuments historiques. Nous avons la chance de côtoyer, au quotidien, de splendides merveilles et nous ferions une erreur de ne pas les apprécier à leur juste valeur. Il faut garder à l’esprit que la richesse du patrimoine thudinien ne nous appartient pas, ce sont nos aïeux qui nous l’ont confié pour le transmettre aux générations futures.

Après cette prise de conscience, il devient évident que l’ensemble des pouvoirs publics doivent mettre tout en œuvre pour sauver cet édifice. Sans projet de rénovation ambitieux et fiable dès aujourd’hui, nous signons pour demain la destruction de la chapelle.

Je vous prie de recevoir, Mesdames et Messieurs les membres du collège communal, mes salutations les plus distinguées.

Quentin Mairy

24/10/2011

Peinture de Marie-Françoise Joye-Deltenre

Dans Les Monuments religieux de Thuin et leur mobilier (1968), Léonce Deltenre partage en page 368 une peinture à l’huile de 1954 de Marie-Françoise Joye-Deltenre. Nous en avons retrouvé la trace et vous pouvez en admirer une reproduction.

23/10/2011

Soutien de Pierre Guyot

                                                         Messieurs les Bourgmestres,                                                         Mesdames et Messieurs les Echevins,

Je m’associe pleinement à la démarche de Messieurs François Joye et Nicolas Mairy, qui prônent la stabilisation (plutôt que la démolition partielle) de la façade actuelle, fronton compris. Ceci, afin de laisser toutes ses chances à une rénovation future, en harmonie avec sa haute valeur patrimoniale.

Par ailleurs, le projet de réaffecter le bâtiment à des activités culturelles me paraît judicieux.
A ce propos, je pense à la Salle Sthrau, à Maubeuge, elle aussi une ancienne chapelle de collège, réaffectée dès la Révolution française à d’autres usages et devenue récemment un foyer d’événements culturels, tels que des concerts : il y a vingt ans, par exemple, le Blindman Quartet (quatuor de saxophones) s’y produisait, et l’acoustique de la salle mettait en valeur leur musicalité.
Je vous suggère de visionner la vidéo LMDO-RTBF […], qui raconte l’histoire de cette Salle Sthrau, laquelle est actuellement à nouveau en cours de restauration.
Veuillez agréer, Messieurs les Bourgmestres, Mesdames et Messieurs les Echevins, l’expression de mes meilleures salutations.
Pierre Guyot



21/10/2011

Wavre - chapelle du collège Notre-Dame

Les lecteurs qui ne sont pas issus du milieu de la construction pourraient se poser la question du caractère utopique d’un réaménagement et d’une réaffectation d’un édifice religieux. Même si, jusqu’à présent, la Belgique a fait preuve de conservatisme par rapport à cette question, il existe plusieurs exemples emblématiques de renouveau d’anciens bâtiments dédiés à la foi.

Cette nouvelle rubrique du blog vous en fera succinctement découvrir l’un ou l’autre cas sur le territoire belge ou hors de nos frontières.

Epinglons que ces billets se limiteront à l’analyse de la reconversion d’églises ou de chapelles afin de rester dans une catégorie proche de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie, sise à Thuin.

Le premier cas d’étude se localise à Wavre. Ce bâtiment « se situe à l’intérieur de l’enceinte du collège Notre-Dame […]. La chapelle actuelle est achevée en 1912 […]. Ses dimensions sont assez imposantes, elle possède un transept et est recouverte de voûtes nervurées. […] L’actuel projet respecte l’espace et les structures existantes du bâtiment. Il a été conçu dans le souci de préserver le caractère de l’ancienne chapelle et d’en maintenir les lignes de force, dont le mouvement ascensionnel des voûtes. [...] Les nouvelles structures se détachent des murs d’origine et supportent des mezzanines. Le premier plateau accueille une salle de lecture, le deuxième une bibliothèque et une salle de réunion, et le troisième étage l’espace informatique proprement dit ainsi qu’un local polyvalent. 

Les nouvelles structures se développent parallèlement aux murs existants. Elles sont réalisées en béton avec des éléments métalliques (garde-corps et escaliers). Elles se distinguent clairement du bâtiment ancien tant spatialement qu’esthétiquement. Pour assurer un maximum de continuité visuelle, les locaux nécessitant un certain degré d’isolement sont munis de cloisons vitrées. La circulation verticale se fait latéralement. Les escaliers longent les fenêtres hautes de la chapelle et offrent une très belle vue sur les vitraux. Ils constituent également un véritable cheminement dans l’espace. […]

Ce projet témoigne d’une approche audacieuse du patrimoine ancien. Il démontre que le contemporain et l’ancien peuvent non seulement coexister mais s’apporter mutuellement un authentique supplément d’âme. »

Sources: Norman A., 2008, Architectures recyclées en Brabant wallon, pp. 50-55
et site de AR&A

20/10/2011

Soutien de Jacques Bauduin

Un habitant de la cité des Bourkis nous fait part d'une utilisation originale de l'église Saint-Martin à Ham-sur-Heure.

Mesdames, Messieurs,

Nous nous devons de garder ce genre de "témoin" architectural et religieux du passé et songer à lui donner une destination utile, à tous.

Pourquoi ne pas l’ouvrir (après restauration s’entend) et, aménagements indispensables, à des cérémonies, tant religieuses que laïques, philosophiques, etc en veillant, bien sûr, à respecter les idées de chacun des utilisateurs.

Les occasions ne manquent pas : cérémonies, enterrements, mariages, symphosium, expositions, musée, etc.

A titre d’exemple, il y a de cela plus de 30 ans, le curé d’Ham-sur-Heure Centre mit à la disposition d’une famille juive, l’église St-Martin, pour y célébrer les funérailles d’un de ses membres (les statues et autres signes religieux furent masqués la durée de la cérémonie).

Sauvons cet admirable bâtiment, un des joyaux de notre cité.

Sentiments dévoués.

Jacques Bauduin

19/10/2011

Peinture de Filomena Carriero

A l’occasion du 27ème week-end artistique organisé par l’Ordre des Chevaliers d’Aulne (07/10/11-09/10/11), Madame Filomena Carriero, artiste-peintre gozéenne, avait spécialement créé une œuvre dont le sujet est l’élégant clocheton de la chapelle des Sœurs grises à Thuin.



18/10/2011

Soutien de Mathieu Lalot

Mesdames, Messieurs,

Par la présente, je vous fais part, comme d'autres citoyens (ou anciens citoyens) de mon interrogation quant au sort réservé à la Chapelle des Sœurs Grises.

Lors des dernières élections communales, bon nombre d'entre nous vous ont confié la gestion de notre Ville en vous faisant confiance. En pensant que vous prendriez les décisions justes qui s'imposaient. Il faut avouer que cette fois, les décisions annoncées sont surprenantes!

Evidemment, je peux bien comprendre que pour la sécurité des citoyens habitant à proximité de ce bâtiment, il faille adopter des mesures d'urgence et radicales.

Néanmoins, il me semble que cette décision découle de l'absence de volonté politique de réaffecter ce bâtiment depuis toutes ces années. [...]

Je ne conçois pas [...] que le centre-ville de Thuin ne dispose pas d'un lieu d'accueil de manifestations culturelles. Si bien que les dernières Assises culturelles de Thuin, se sont déroulées… aux Barrages de l'Eau d'Heure!

Il me semble que faire de la politique locale et citoyenne, c'est aussi se battre, se mouiller pour trouver des solutions constructives (et non destructives) aux problèmes qui se posent. Avoir une vision pour une ville, c'est bien entendu penser à l'avenir. Dans ce cadre, il me semble qu'une ville comme Thuin ne peut se priver de valoriser son passé.

Dépassant ces constats, je pense qu'à un an des prochaines élections communales, il est essentiel que le Collège des Bourgmestre(s) et Echevins de la Ville de Thuin montre à ses citoyens que la Ville, son histoire, son futur comptent.

Cette chapelle serait un lieu magnifique pour accueillir diverses manifestations culturelles. Sa toiture en bois permet une acoustique fantastique pour des concerts de musique de chambre ou acoustiques. De même, les Artistes de Thudinie, le C.H.A.T auraient une salle en cœur de Ville pour valoriser leurs productions ou collections. Le Centre Culturel de Thuin pourrait disposer d'une salle de spectacle au caractère unique, à la valeur inestimable, non loin de son centre administratif.

En espérant que vous prendrez une décision juste, qui permet de construire un avenir à ce lieu, recevez, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées.

Mathieu Lalot

17/10/2011

Générosité thudinienne

A propos du projet citoyen de renouveau de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie, avant même tout appel public à leur aide, les ami(e)s de la Thudinie ont spontanément proposé leur support sous de multiples formes :
• dons pécuniaires,
• dons matériels,
• prêt de locaux,
• prestations gratuites de professionnels de la construction,
• prestations gratuites de professionnels des arts graphiques et visuels,
• prestations gratuites d’artistes.

Seuls nous ne sommes rien, ensemble nous sommes tout!

 Vous pouvez lire tous les arguments dans le billet intitulé "Vigilance et circonspection".

16/10/2011

Soutien de Francis Leroy

Je propose la restauration de la chapelle telle qu'elle était, avec conservation de ses meubles s'ils s'y trouvent encore. Cela aurait, à mon humble avis trois résultats positifs:
  • Redonner un peu de religiosité et de spiritualité à une société qui en manque cruellement;
  • On pourrait créer une équipe [...] qui travaillerait bénévolement à la restauration;
  • Cette rénovation donnerait un peu de couleur à l'une des plus vilaines et dangereuses [...] rues communales [...] où la simple vue de roues de camions empiétant sur les trottoirs déjà trop étroits [...] décourage les riverains piétons et cyclistes de l'emprunter. Ceci aurait dû alerter les autorités soucieuses de sécurité. [...] 

15/10/2011

Une action citoyenne à long terme

Quelles que soient les intentions à propos de la chapelle des Sœurs grises, le collectif demeurera vigilant à toute évolution et suivra le dossier jusqu’à sa concrétisation matérielle finale. En effet, les réparations provisoires ne protègeront efficacement l’édifice que durant deux hivers ce qui signifie qu’au-delà, l’état de la chapelle continuera à se détériorer jusqu’à sa disparition.

Afin de se prémunir contre un faux-bond ou un échec d’un promoteur privé, nous continuerons, avec les acteurs concernés, à élaborer le dossier du projet multifonctionnel (musée de l’Histoire de la Thudinie, salle d’expositions temporaires, de conférence et séminaire, etc) proposé dans la missive du 30 août dernier. La sagesse populaire ne conseille-t-elle pas d’avoir plusieurs fers au feu ?


Vous pouvez lire tous les arguments dans le billet intitulé "Vigilance et circonspection".

14/10/2011

Soutien de Dominique Grosjean

                                                          Monsieur le Bourgmestre,
                                                          Mesdames et Messieurs les Echevins,

Je vous adresse cette lettre afin de vous manifester mon inquiétude quant au devenir de la chapelle «des sœurs grises».

Celle-ci fait partie, oh combien, de notre patrimoine historique et architectural, elle fait donc partie intégrante de notre Culture.

On blâme si souvent aujourd’hui, et avec raison, les replis identitaires, mais je suis convaincu que la connaissance de notre propre identité régionale est l’apprentissage d’une « naissance à l’autre » et à ce qui dépasse, et de loin, nos « moi » étriqués et égotistes.

Souvenons-nous du scandale qu’avait suscité la destruction du kiosque de la Ville haute, symbole de rassemblement et de réjouissance commune.

Nombreux furent ceux qui ne pardonnèrent jamais ce qu’ils considéraient comme un forfait.

La culture est gage de bien-être et d’harmonie, et cette église pourrait être le lieu où les différences se découvrent et s’apaisent.

J’espère beaucoup en votre sagesse et je vous présente l’expression de mon profond respect.

Dominique Grosjean
Docteur en médecine

13/10/2011

Pour ou contre un promoteur privé ?

Le collectif n’est pas opposé à la restauration de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie par un promoteur privé.

Le but principal des démarches entreprises a toujours été d’aboutir à la réhabilitation et la réaffectation du lieu.

Néanmoins, afin d’éviter toute désagréable surprise, il est impérieux d’attirer l’attention des décideurs sur plusieurs points :
• Avant d’accorder quelque droit sur le site à un investisseur privé, les autorités locales doivent exiger le permis d’urbanisme, le plan d’affaires (business plan), la preuve d’un financement robuste et une conséquente garantie bancaire. En effet, ce n’est pas le premier promoteur privé promis pour sauver l’édifice. A ce jour, aucun n’a relevé le gant. D’autres exemples d’échec viennent aussi à l’esprit :
  • Les privés se sont succédé au chevet du bâtiment dit « Notger » sans succès. Aujourd’hui, ce sont les pouvoirs publics qui ont dû reprendre la main pour l’acheter, l’assainir et constater qu’il faut partiellement le démolir.
  • Il y a quelques années un autre investisseur privé a acheté plusieurs maisons dans la Grand’rue à proximité du Posty des Sœurs grises. Après une longue déshérence et la dégradation des bâtiments, le projet a été définitivement abandonné et les maisons revendues.
  • Etc.
• Considérant les coûts annoncés dans la presse, les surfaces exploitables et le prix de l’immobilier à Thuin, les professionnels et experts consultés sont très réservés quant à la réussite d’un projet uniquement financé sur fonds privés. Par conséquent, le montage financier devra faire appel aux finances publiques. Par souci de justice sociale, il faut éviter que les coûts soient excessivement collectivisées et les profits totalement privatisés. Le prix de vente ou la location de l’immeuble devra être à la mesure de l’effort financier consenti par les pouvoirs publics puisque la chapelle ne remplira pas un usage public mais uniquement privé.

• Nul ne conteste que la chapelle des Sœurs grises fasse partie de l’héritage commun des Thudiniens et nécessitera des investissements publics importants et ce, quel que soit le projet privé. Par conséquent, le bâtiment doit demeurer visitable gratuitement, au minimum minimorum, pendant les journées du patrimoine voire durant plusieurs week-ends tout au long de l’année moyennant l’accompagnement d’un guide qualifié.

Vous pouvez lire tous les arguments dans le billet intitulé "Vigilance et circonspection".

12/10/2011

Soutien de Martine Botson alias Toma de Thuin

Le milieu artistique continue à se mobiliser pour la réaffectation en salle d'exposition d'une partie de la chapelle des Sœurs grises puisque Martine Botson, alias Toma de Thuin, sculpteur, membre des Artistes de Thudinie et, notamment, créatrice de la statue de Saint-Roch qui orne le pied du Mur de Thuin a pris la plume pour interpeller le Collège communal.

A l'attention des Bourgmestre et Echevins
de la Ville de Thuin

Je vous sollicite pour que vous preniez en référence le projet de réaffectation de la chapelle des Sœurs grises proposé par Monsieur Mairy et Monsieur Joye.

Le projet est ambitieux et très intéressant pour l'artiste que je suis. D'avance, je vous en remercie.

Artistiquement vôtre.

Martine Botson

11/10/2011

Panorama des aides régionales

Actuellement, le Collège communal privilégie le financement de la restauration de l’enveloppe de la chapelle grâce à un subventionnement des travaux de conservation des monuments classés : une aide régionale de maximum 80% et, par conséquent, une quote-part communale de minimum 20%.

Le collectif citoyen plaide pour l’utilisation du mécanisme SAR (art. 167-171 & 453-455 du C.W.A.T.U.P.E.) qui garantit la prise en charge de la réhabilitation de l’enveloppe (châssis, toiture, murs, etc) à 100% par la Région wallonne. En d’autres termes, les finances communales ne sont pas sollicitées à ce stade du réaménagement de l’édifice.

Depuis le 30 août, le collectif souligne que cette source de financement est la plus appropriée et ne contrarie en rien la réaffectation du bâtiment par un intervenant privé ou public. Tout promoteur peut continuer à plancher sur son projet parallèlement à la poursuite de la procédure SAR. Les délais de l’obtention d’un certificat de patrimoine combiné à un permis d’urbanisme sont tout à fait compatibles avec ceux de cet outil.

A ce stade, il demeure clair que la proposition du collectif citoyen préserve, au mieux, les finances communales et donc les intérêts de tous les Thudiniens. Dès lors, il réinsiste pour que l’ensemble des forces politiques de Thudinie fasse savoir à Monsieur le Ministre Henry que la reconnaissance en SAR de la chapelle des Sœurs grises est la priorité absolue des acteurs locaux.

Vous pouvez lire tous les arguments dans le billet intitulé "Vigilance et circonspection".

10/10/2011

Soutien d'Antoine Filigonio

Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal

Le charme de notre belle ville de Thuin est en partie lié à la richesse de son patrimoine. Il me paraît dès lors évident de mettre tout en œuvre pour le conserver.

C'est pourquoi, je profite de cette opportunité pour soutenir l'appel lancé par Messieurs Nicolas Mairy et François Joye. J'espère surtout que, dans un délai proche, la ville se donnera les moyens pour mener à bien l'une des nombreuses solutions de réaffectation qu'ils proposent.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal, mes sincères salutations.

                                                                                                                                        Antoine Filigonio

09/10/2011

Premier succès!

La sensibilisation et la très forte mobilisation des ami(e)s de la Thudinie combinées aux interventions d’autres acteurs ont permis d’engranger un premier résultat positif : l’abandon de la démolition partielle (toiture, clocheton, fronton…) de la chapelle des Sœurs grises pour le démontage des éléments menaçant réellement de chuter.

Le collectif demeurera attentif à ce que cette promesse du Collège communal se réalise et que ce démontage soit concrétisé avec finesse et mesure.

Echos de la presse (2/12)

Il y a un mois, naissait notre mouvement citoyen de mobilisation. A travers la presse quotidienne, nous avons tiré un premier bilan de nos actions. Les journalistes ont notamment apprécié le logo créé par Christophe Vandersmissen.

Ce bilan est l'occasion de remercier chaleureusement toutes les personnes qui, par la rédaction d'un billet pour le blog, la diffusion des affiches, leur aide ou leurs encouragements, contribuent au réel succès de l'opération. Ce large élan citoyen nous fait chaud au coeur et nous pouvons affimer haut et fort que nous sommes fiers d'être thudiniens!

Le 6 octobre, l'édition "Entre Sambre et Meuse" du journal Vers l'Avenir a consacré deux articles à la mobilisation des amis de la Thudinie. Ils s'étalaient sur une pleine page! Le premier papier s'intitule "Mobilisation croissante autour de la chapelle de Thuin" et le second, "Hôtel, restaurant, salle culturelle ?".

La Nouvelle Gazette du 5 octobre 2011 se fendait d'un article sous le titre "Forte mobilisation des Thudiniens". Indisponible sur la toile, nous prenons la liberté de le retranscrire ci-dessous:

"Le collectif lancé au début du mois de septembre par François Joye et Nicolas Mairy pour sauver la chapelle des Soeurs grises remporte un succès inespéré. Une cinquantaine de personnes ont rédigé un mot de soutien, plus de 340 personnes ont rejoint le groupe Facebook créé pour la réhabilitation et la réaffectation de cet édifice du XVIIIe siècle. Plus de 2.200 pages ont été vues sur le blog www.patrimoinethuin.blogspot.com.

Depuis une dizaine de jours, le collectif a lancé une campagne de sensibilisation via une affiche. Trois cents affiches ont été distribuées en quelques jours à peine. Il a fallu imprimer un nouveau tirage pour satisfaire à la demande.

Christophe Vandersmissen, un graphiste thudinien a créé le loco ci-joint. Un photographe réalise de nombreux clichés sous tous les angles possibles pour conserver une trace de l'évolution de la chapelle. De nombreux Thudiniens ont proposé des dons en argent, du matériel, le prêt de locaux. Des professionnels de la construction ont proposé de travailler gratuitement au projet de rénovation. D'autres proposent d'y créer des événements culturels et artistiques en renonçant à leur cachet d'artiste. Le collectif lance un appel au bourgmestre pour participer aux réunions de travail sur la réhabilitation de la chapelle."

Auteur: Elisabeth Mathieu
Source: La Nouvelle Gazette, 05/10/2011, p. 12

08/10/2011

Réaction du Ministre de l'Aménagement du territoire

Messieurs,

Votre lettre de ce 10 septembre par laquelle vous attirez mon attention sur l’intérêt et l’urgence de la rénovation de la chapelle des sœurs grises à Thuin a retenu mon attention.

Les renseignements qu’ont fournis les opérateurs lorsqu’ils ont établi leurs fiches de projets me permettront d’apprécier à leur juste valeur chaque opération et de proposer au Gouvernement en toute connaissance de cause la liste des opérations à retenir.
Actuellement, le travail de dépouillement est en cours. La décision sera prise par le Gouvernement wallon dans les prochains mois.

En attendant, je me permets de vous rappeler que les questions de salubrité et de mobilité relèvent en fait des compétences communales et celles de sécurité du bourgmestre. L’entretien et la rénovation des bâtiments communaux relèvent des communes, aidées en cela par le département des travaux subsidiés. A cette fin, je vous conseille donc de prendre contact avec les autorités communales, en espérant qu’elles puissent mettre en œuvre les solutions que requiert l’urgence.

Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, Messieurs, à l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Le Ministre de l’Environnement,
de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité

Philippe Henry

07/10/2011

Soutien de Richard Delefosse

Un ami français de la Thudinie s'adresse au Collège communal. Bonne lecture!


Mesdames, Messieurs,


Mon attention a été appelée par Monsieur Dutillieu, un vieil ami, citoyen de Thuin, sur le sort réservé à la Chapelle des Sœurs grises en déshérence depuis des lustres et qui tient l'information de Messieurs Mairy et Joye, lesquels sont très préoccupés par les travaux de démolition que vous envisagez, pour ne garder que la façade de cet ouvrage remarquable -qui a toute sa place dans le patrimoine de votre belle cité, que j'aime arpenter.

Je vous remercie, d'avoir bien voulu consacrer un peu de votre précieux temps à la lecture de mon modeste message et j'aime à penser, que vous aurez à cœur de rechercher une solution plus appropriée.

Je vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, l'expression de mes salutations distinguées.


Richard Delefosse

Soutien de France Michot et Fernand Gabellini

Monsieur le Bourgmestre, Echevines, Echevins,

J’ai apprisqu’il était question de voir procéder à une démolition partielle de la Chapelle des Soeurs Grises.

En tant que Thudinien, je suis fortement touché de voir peut-être disparaître cet édifice historique faisant partie du patrimoine de Thuin.

J’oses espérer que vous mettrez tout en oeuvre pour sauver et rénover cet ouvrage qui fait partie de l’histoire de notre ville.

Veuillez agréer, Mesdames, Messieurs, mes salutations distinguées.

France Michot et Fernand

06/10/2011

Soutien de Benoît Deltenre

A l’attention du Collège des Bourgmestre et Echevins

Enseignant à l’école communale de Gozée-Tilleul depuis plus de 20 ans, j’aime faire découvrir cette merveilleuse ville de Thuin à mes élèves. Depuis de nombreuses années, je leur présente ce cœur historique si riche en témoignages du passé et leur raconte ce que fut la vie de ses habitants durant ces derniers siècles.

Cette découverte est possible encore aujourd’hui grâce aux efforts des autorités communales qui ont su, durant ces dernières décennies, mettre en avant ces nombreuses traces grâce à une rénovation et une mise en valeur intelligentes.

C’est pourquoi, je me permets de leur demander de continuer à œuvrer en ce sens et de sauvegarder ce bâtiment faisant partie intégrante de cette cité qui m’a vu naître.

J’espère de tout cœur, dans les prochaines années, pouvoir continuer à raconter l’histoire de cette chapelle à ma classe, de lui montrer cet édifice attestant du glorieux passé de notre ville, de le faire de visu et non pas au travers de quelques vieilles cartes postales.

En espérant une suite favorable à mon souhait, veuillez recevoir, Monsieur le Député-Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Benoît Deltenre

Soutien d'Annette Loiseau

Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal

Attachée à Thuin depuis de nombreuses années, je suis sensible au patrimoine de ma ville. La sauvegarde de la chapelle des sœurs grises est un projet formidable. Les Thudiniens que j’ai l’occasion de rencontrer sont également de cet avis tant Thuin et ses chefs-d-œuvres sont choyés par ses habitants.

Il me paraît important de rendre à la chapelle son lustre d’antan. Je félicite au passage les personnes s’impliquant dans le projet et vous remercie de l’attention accordée au présent.

Veuillez agréer, Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal, mes salutations distinguées.

Annette Loiseau

05/10/2011

Vigilance et circonspection...

Thuin, le 4 octobre 2011

Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal,

Nous avons bien reçu le 29 septembre dernier votre courrier-type expédié à l’ensemble des ami(e)s de la Thudinie qui s’étaient émus du triste état de la chapelle des Sœurs grises et de son avenir incertain.

Nous sommes ravis d’apprendre que la sensibilisation et la mobilisation des ami(e)s de la Thudinie combinées aux interventions d’autres acteurs ont permis d’éviter la démolition partielle envisagée. Nous demeurerons attentifs à ce que le démontage des éléments menaçant réellement de chuter soit concrétisé avec finesse et mesure.

Néanmoins, après vous avoir lu avec la plus grande attention, nous devons admettre que nous sommes restés pantois face à certaines affirmations :

• les bruits de démolition. De multiples parties prenantes de ce dossier, divers documents officiels ainsi que plusieurs retours médiatiques dus aux interviews de Monsieur le Bourgmestre faisant fonction attestent que la démolition totale a été envisagée au moins jusqu’en septembre 2011.

• la préservation des finances communales. En l’état, vous préconisez de « restaurer l’enveloppe du bien […] sous couvert d’un subside de la Restauration » soit une aide régionale plafonnée à 80%, pour autant que la destination principale de l’immeuble soit d’un intérêt collectif. Dans le cas contraire, ce taux maximal est limité à 60% (Arrêté du Gouvernement wallon relatif au subventionnement des travaux de conservation des monuments classés – 29 janvier 2009). Or, notre courrier du 30 août dernier plaide pour l’utilisation d’un mécanisme (SAR, art. 167-171 & 453-455 du C.W.A.T.U.P.E.) qui garantit la prise en charge de la réhabilitation de l’enveloppe (châssis, toiture, murs, etc) à 100% par la Région wallonne. Vous conviendrez qu’à ce stade, ce sont les propositions du collectif citoyen qui préservent le mieux les finances communales et donc les intérêts de tous les Thudiniens.

• l’intérêt local du sort de la chapelle. Vous nous écrivez que « le Collège doit veiller à ce qu’un investissement n’hypothèque pas d’autres investissements qui toucheraient tous les Thudiniens et pas seulement les habitants de la Ville Haute ».

Premièrement, nous nous permettons de vous rappeler que cet édifice est classé depuis le 5 avril 1972 ce qui démontre, s’il en était encore besoin, que son attrait patrimonial concerne au minimum la Wallonie.

Deuxièmement, nous désapprouvons toute logique de sous-localisme menant au saupoudrage des moyens et visant à opposer les aspirations et les intérêts des habitants des anciennes communes de l’entité de Thuin. Lorsqu’une cause est juste, peu importe son origine géographique. D’ailleurs, les Thudiniens ne s’y sont pas trompés puisque les soutiens et encouragements proviennent de toute la Thudinie : Thuin (tous quartiers confondus), Gozée, Biercée, Thuillies, Ragnies… Mieux, le mouvement fait tache d’huile et s’étend au-delà des limites communales. Peut-on réduire l’audience du Cercle d’Histoire et d’Art de Thudinie, des Artistes de Thudinie, des Amis de la Potale Saint-Roch de la Maladrie… aux seuls résidants de la partie haute de la ville ? Quel que soit le projet qui sera développé dans la chapelle, peut-on raisonnablement penser que son attraction et ses retombées se limiteront à la ville-haute ?

Outre que le mouvement citoyen transcende l’esprit de clocher, il est également intergénérationnel puisqu’il rassemble tant des jeunes adultes que des aînés de la commune et regroupe des personnes de tous les niveaux socioculturels.

Quant à votre volonté de discuter de l’ébauche d’un projet avec un investisseur privé pour l’implantation d’un hôtel et d’un restaurant au sein de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie, nous n’y sommes pas opposés. Le but principal de nos démarches a toujours été d’aboutir à la réhabilitation et la réaffectation du lieu. Afin d’éviter toute désagréable surprise, nous attirons votre attention sur plusieurs aspects du projet tel que connu à l’heure actuelle :

• la viabilité économique d’un tel projet horeca en cet endroit. En Belgique, l’ensemble du secteur horeca souffre d’une rentabilité trop faible. Par exemple, d’année en année, le nombre de cafés baisse inéluctablement. Les restaurateurs ont demandé et obtenu une réduction de la TVA pour les aider à maintenir leur tête hors de l’eau. En Thudinie, la tendance est identique. Pour s’en convaincre, il suffit de noter le roulement incessant dans ce secteur : changement régulier de direction, fermeture suivie, occasionnellement, d’une réouverture de certains établissements, disparition pure et simple de restaurants et cafés malgré de lourds investissements immobiliers ainsi qu’une politique commerciale dynamique. Pour éviter cet écueil, nous préconisons qu’une étude de localisation et d’estimation du chiffre d’affaires soit réalisée aux frais de l’investisseur privé en vue de faire la lumière sur la viabilité de son projet. Parmi les bureaux d’études potentiels, nous vous recommandons le SEGEFA de l’Université de Liège ou l’IGEAT de l’Université Libre de Bruxelles. Tous deux sont réputés pour la qualité de leur travail et leur indépendance.

• la concrétisation réelle du projet privé. Avant d’accorder quelque droit sur le site à un promoteur privé, les autorités locales doivent exiger le permis d’urbanisme, le plan d’affaires (business plan), la preuve d’un financement robuste et une conséquente garantie bancaire. En effet, ce n’est pas le premier promoteur privé que l’on nous promet pour sauver l’édifice. A ce jour, aucun n’a relevé le gant. D’autres exemples viennent aussi à l’esprit :
  • Les privés se sont succédé au chevet du bâtiment dit « Notger » sans succès. Aujourd’hui, ce sont les pouvoirs publics qui ont dû reprendre la main pour l’acheter, l’assainir et constater qu’il faut partiellement le démolir.
  • Il y a quelques années un autre investisseur privé a acheté plusieurs maisons dans la Grand’rue à proximité du Posty des Sœurs grises. Après une longue déshérence et la dégradation des bâtiments, le projet a été définitivement abandonné et les maisons revendues.
• un juste partage des investissements. Considérant les coûts annoncés dans la presse, les surfaces exploitables et la rentabilité du secteur horeca, les professionnels et experts consultés sont très réservés quant à la réussite d’un projet uniquement financé sur fonds privés. Par conséquent, le montage financier devra faire appel aux finances publiques. Par souci de justice sociale, il faut éviter que les pertes soient excessivement collectivisées et les profits totalement privatisés. Le prix de vente ou la location de l’immeuble devra être à la mesure de l’effort financier consenti par les pouvoirs publics puisque la chapelle ne remplira pas un usage à des fins publiques mais uniquement privées.

• l’accès limité à un patrimoine commun. Nul ne conteste que la chapelle des Sœurs grises fasse partie de l’héritage commun des Thudiniens et nécessitera des investissements publics complétés par ceux du promoteur. Outre l’accès lors de la consommation des services horeca, nous plaidons pour que le bâtiment soit visitable gratuitement, au minimum minimorum, pendant les journées du patrimoine voire durant plusieurs week-ends tout au long de l’année moyennant l’accompagnement d’un guide qualifié.

Considérant les incertitudes et inconnues qui planent sur l’hypothétique concrétisation d’un hôtel et d’un restaurant dans la chapelle, nous réinsistons pour que l’ensemble des forces politiques de Thudinie fasse savoir à Monsieur le Ministre Henry que la reconnaissance en SAR de la chapelle des Sœurs grises est la priorité absolue des acteurs locaux. Depuis le 30 août, nous soulignons le fait que cette source de financement est la plus appropriée et qu’elle ne contrarie en rien la réaffectation du bâtiment par un intervenant privé ou public. Votre promoteur peut continuer à plancher sur son projet parallèlement à la poursuite de la procédure SAR. Les délais de l’obtention d’un certificat de patrimoine combiné à un permis d’urbanisme sont tout à fait compatibles avec ceux de cet outil.

Quelles que soient les intentions présentes et futures à propos de la chapelle des Sœurs grises, le collectif demeurera vigilant à toute évolution et suivra le dossier jusqu’à sa concrétisation matérielle finale. En effet, les réparations provisoires ne protègeront efficacement l’édifice que durant deux hivers ce qui signifie qu’au-delà de ce délai, l’état de la chapelle continuera à se détériorer jusqu’à sa disparition.

Afin de se prémunir contre un faux-bond ou l’échec d’un promoteur privé, nous continuerons, avec les acteurs concernés, à élaborer le dossier du projet multifonctionnel (musée de l’Histoire de la Thudinie, salle d’expositions temporaires, de conférence et séminaire, etc) proposé dans la missive du 30 août dernier. La sagesse populaire ne conseille-t-elle pas d’avoir plusieurs fers au feu ?

A propos du projet citoyen de renouveau de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie, sachez qu’avant même tout appel public à leur aide, les ami(e)s de la Thudinie ont proposé spontanément leur support sous de multiples formes :
• dons pécuniaires ;
• dons matériels ;
• prêt de locaux ;
• prestations gratuites de professionnels de la construction ;
• prestations gratuites de professionnels des arts graphiques et visuels ;
• prestations gratuites d’artistes.

Quant au volet financier et technique de ce projet, nous vous rappelons que nous désirons toujours assister aux réunions de travail, disposer, au plus tôt, des études et rapports d’expertise (notamment, ceux du bureau aas3 sprl, de l’IPW, d’IGRETEC, etc) ainsi que d’un accès au bâtiment. A ce jour et malgré notre demande du 10 septembre 2011, nous n’avons toujours pas reçu de réponse claire à ce sujet.

Depuis plus d’une décennie, les autorités communales ont promu la démocratie participative. Par conséquent, nous ne doutons pas que vous aurez à cœur de faire toute la transparence sur les données disponibles et de saisir notre main tendue en accédant à nos requêtes légitimes et raisonnables.

En espérant que vous conviendrez du bien-fondé de nos propos et de nos actions, nous restons à votre disposition pour toute explication complémentaire et vous prions d’agréer nos salutations distinguées.

Nicolas Mairy                                                                                                                       François Joye

Réaction du Collège communal

Près d'un mois après notre appel au Collège, celui-ci nous répond via un courrier-type adressé à tous les amis de la Thudinie qui se sont inquités du sort incertain de la Chapelle Saint-Elisabeth de Hongrie. Il nous a semblé indispensable d'y apporter quelque éclairage via un courrier de réponse.

Monsieur,

Nous avons pris bonne note de vos inquiétudes quant aux bruits de démolition de la Chapelle des Sœurs Grises.

Nous tenons à vous affirmer que la volonté du Collège est bien de maintenir cet édifice repère dans la structure urbaine de la Ville Haute. Il est vrai que dans le cadre d’impératifs de sécurité publique, une démolition partielle a été un temps envisagée. Vous comprendrez que la protection de nos concitoyens doit primer sur tout.

Suite à l’avis d’experts et à une analyse détaillée de la situation, cette solution est actuellement écartée. Notre action sera donc la suivante.

En suivi de la sécurisation de l’échafaudage extérieur (qui constituait le premier élément d’insécurité), un certificat de patrimoine a été ouvert auprès de l’Institut du Patrimoine Wallon. Les conclusions de la première réunion de ce 6 courant [septembre] mettent en évidence la nécessité de réaliser dans l’urgence : d’une part, le démontage de ce qui menace réellement chute (pierres d’encorbellement, partie supérieure du fronton) et d’autre part, la protection de l’édifice pour deux hivers.

Une fois le certificat de patrimoine clôturé, nous entamerons en 2012-2013 les travaux visant à restaurer l’enveloppe du bien, en remplaçant les éléments démontés antérieurement, sous couvert d’un subside de la Restauration.

Comme certains nous l’ont à juste titre fait remarquer, il est vain de vouloir restaurer un édifice sans décider de son affectation. Aujourd’hui, c’est donc bien la réaffectation de la Chapelle qui pose débat.

Certaines fonctions ont été envisagées (bibliothèque, salle de spectacle,…) mais ne sont pas réalistes, ni envisageables. Ainsi, l’Institut du Patrimoine Wallon a dernièrement chiffré la transformation du bien en une salle polyvalente au rez-de-chaussée (exposition, réfectoire,…) et une maison de quartier aux étages : ce projet coûterait à la Ville jusqu’à 5x le montant de la construction de la maison de quartier de Biercée !

De plus, n’oublions pas que la Chapelle n’est pas le seul élément patrimonial remarquable de notre Ville à préserver ou à sauver, loin de là ; les budgets, qu’ils soient au niveau local ou régional, ne sont pas extensibles.

S’il est de la responsabilité d’un Collège de protéger le patrimoine de la Ville, il doit également maintenir les finances communales en équilibre, investir dans les écoles et les voiries comme le réclame la population dans sa globalité. Et malgré une solidarité des communes qui composent Thuin, le Collège doit veiller à ce qu’un investissement n’hypothèquent pas d’autres investissements qui toucheraient tous les Thudiniens et pas seulement les habitants de la Ville Haute.

Aussi, à ce jour, nous poursuivons les discussions avec un investisseur privé désireux de transformer la Chapelle en un restaurant associé à un hôtel. Cette fonction, nous ne sommes pas à même de la développer sous seing public mais elle nous séduit de par son adéquation avec le développement touristique de la Ville.

Soyez assuré que nous sommes à la recherche d’une solution qui contribue à sauver la Chapelle, mais aussi à l’intégrer dans un développement socio-économique global de notre belle entité.

Nous ne manquerons pas de vous informer de l’évolution de ce dossier et nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos meilleures salutations.

Le Bourgmestre f.f.,

Philippe Blanchart
Député fédéral

04/10/2011

Soutien de Clément Lalot

Je vous accorde tout mon soutien pour la sauvegarde de ce patrimoine majeur thudinien. Ayant étudié juste à côté, j'espère de tout coeur que ce bâtiment sera sauvé et restauré comme il se doit! Je vous lie en pièces jointes quelques anciennes cartes postales du bâtiment lorsqu'il était encore dans un état décent ainsi que quelques vues de l'ancien couvent, libre à vous d'en disposer comme bon vous semblera.

Clément Lalot

Soutien de Jessica Gérard et Denis Ceschin

Aux membres du Collège communal

Les monuments chargés d’histoire à l’instar de la chapelle des sœurs grises constituent le caractère et la vitrine touristique de la Ville de Thuin.

Muse Clio
Sa conservation et sa réhabilitation s’inscrivent dans la logique de la phase de restauration de la ville haute.

Bien sur, il serait plus simple et moins coûteux de détruire cet édifice, mais alors que deviendrait la ville de Thuin sans ses bâtiments historiques ?

Une réaffectation de ce bâtiment au cœur de la ville en de nombreux domaines est possible : musée, salle d’expositions, diverses manifestations culturelles, etc.

Cet édifice n’a que trop longtemps été oublié par les diverses autorités communales qui se sont succédées et il mérite sans conteste une profonde campagne de restauration.

Toute intervention qui conduit à la destruction totale ou partielle prive de manière irréversible la possibilité pour l’Histoire d’écrire la suite.

Jessica Gérard et Denis Ceschin

Soutien des Amis de la Potale St-Roch de la Maladrie


Les Amis de la Potale Saint-Roch de La Maladrie vous félicitent pour votre initiative et vous soutiennent de tout cœur.


Bruno Marchoul
Secrétaire

03/10/2011

Soutien des Artistes de Thudinie

Réunis le 23 septembre, les Artistes de Thudinie ont unanimement adhéré à l'appel au Collège. Ils jugent indispensable la préservation de la chapelle des Sœurs grises et trouvent particulièrement séduisante l'idée d'utiliser cet espace en lieu d'accueil d'expositions temporaires.

Soutien de Pierre-Jean Foulon

Je ne peux que vous féliciter pour votre initiative de sauvegarde: cette chapelle baroque est (était...) un des plus beaux bâtiments de la ville de Thuin. Le maintien de sa silhouette dans l'espace urbain est essentiel. Je comprends que des dizaines d'années d'attentisme ont créé un problème de sécurité. Mais je ne crois pas du tout que la démolition d'un édifice classé soit une décision adéquate. Démolir un bâtiment coûte d'ailleurs presque aussi cher que le transformer. Il importe avant tout de trouver une destination à ce petit chef-d'oeuvre baroque. Salle publique voire même logement n'est pas impossible même si la configuration de l'espace est très particulière. [...]

Je souhaite de tout coeur qu'une solution soit trouvée. Démolir un bâtiment classé serait un précédent grave dans la Région Wallonne.

Soutien de Vincent Lannoy

Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal

Je me permets de vous adresser ce courrier afin de soutenir ceux qui, au cours de ces dernières semaines, vous ont fait connaître leur inquiétude quant au sort de la Chapelle des Sœurs grises. Ayant eu l’occasion de lire les plaidoyers fort argumentés que vous ont envoyés d’une part Nicolas Mairy et François Joye, et d’autre part Jean-Marie Horemans et Thierry Lemoine au nom du Centre d’histoire et d’art de Thudinie, je n’abuserai pas de votre temps en vous répétant des arguments qui, pour être, me semble-t-il, aussi avisés que constructifs, vous sont certainement toujours bien vifs à l’esprit. Tout au plus, m’autoriserai-je à souligner une des pistes de réaffectation, évoquée dans les deux lettres et qui, vous n’êtes pas sans le savoir, tient au cœur de bon nombre de nos concitoyens : l’aménagement d’un espace pouvant héberger tant la tenue d’expositions que celle de concerts.

Thuin, à l’instar de villes sises en des provinces à la réputation touristique plus assise, peut chaque année davantage prétendre miser une part notable de sa prospérité sur la réputation de son patrimoine naturel et culturel (en ce architectural inclus). Compte tenu de ce fait, il pourrait être prometteur, non seulement de préserver un édifice qui, de par son style propre et son emplacement, fait partie intégrante de ce patrimoine qui nous amène des cars de touristes à la belle saison, mais en outre d’investir dans la réfection d’un lieu qui, en vertu de sa nouvelle affectation, pourrait générer des recettes non négligeables (ainsi que le fait remarquer Jean-Marie Horemans), et asseoir la réputation culturelle de la ville. Il me semble qu’un tel investissement profiterait, à terme, à l’ensemble des citoyens.

J’espère que vous n’aurez pas jugé ce courrier d’une longueur excessive, ou lassant par la répétition d’idées que vous avez déjà eues ou lues. Si tel était malheureusement le cas, ne m’en tenez pas rigueur et mettez cela sur le compte de mon attachement à notre ville et à nos concitoyens. Je vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.   

Vincent Lannoy

02/10/2011

Soutien de Pierre Lemoine

                                                         Monsieur le Bourgmestre,
                                                         Mesdames et Messieurs les Echevins,

Je prends la liberté de vous écrire afin de vous faire part de mon inquiétude devant le sombre avenir qui se profile pour la chapelle des Sœurs Grises. En effet, de famille thudinienne depuis plusieurs générations, je ne souhaite pas voir démanteler ce haut lieu de notre patrimoine.

Qui plus est, les idées de réaffectation ne manquent pas pour ce lieu ! Je pense particulièrement au Centre d’histoire et d’art de la Thudinie qui recherche un lieu d’exposition pour ses riches collections depuis des décennies ! On pourrait également penser à réaliser une salle de conférence ou une salle de musique de chambre, vu l’acoustique particulièrement bonne des lieux.

J’espère donc de tout cœur que vous pourrez œuvrer dans le sens de la conservation de ce bâtiment, trop longtemps laissé à l’abandon, et que vous serez convaincus du bienfondé de ma proposition pour la Ville et notre région. D’avance, je vous exprime ma gratitude pour la suite que vous daignerez accorder à la présente et vous prie d’agréer, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, l’expression de mes sentiments les plus respectueux.



Pierre Lemoine

Soutien d'Albert Journaux

Chers Membres du Collège communal,

C’est avec un vif intérêt que j’ai pris connaissance de l’appel qui vous est lancé par Messieurs François Joye et Nicolas Mairy.

Leur argumentaire fouillé et convainquant, leur séduisante piste de financement et leurs attrayantes propositions d’affectation combinés à mon sincère attachement à la bonne ville de Thuin, à son cadre de vie exceptionnel et à son riche patrimoine me poussent à leur accorder mon soutien enthousiaste et à vous demander de les entendre.

Il me plaît de croire que vous mettrez tout en œuvre pour sauvegarder et réaffecter la chapelle des Sœurs grises en parfaite collaboration avec les initiateurs du mouvement citoyen.

Veuillez recevoir, Chers Membres, l’expression de mes sentiments distingués.

Albert Journaux

Soutien de Jean-Louis Cuisenaire

Jean-Louis Cuisenaire nous a envoyé un long courrier appuyant l'appel au Collège et retraçantSœurs grises.
minutieusement les innombrables démarches qu'il a dû entreprendre pour sauver les orgues classés de la chapelle des

Aujourd'hui, grâce à sa ténacité, ce magnifique instrument restauré est hébergé au sein de l'église de Thuin-Waibes.

01/10/2011

Soutien de Françoise Berteaux

                                         Monsieur le Bourgmestre,
                                         Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal,

C’est avec intérêt et enthousiasme que j’ai pris connaissance des constats, des réflexions et des propositions présentés par Messieurs Nicolas Mairy et François Joye concernant la sauvegarde de la Chapelle des Sœurs grises.

Ces informations claires, l’argumentation minutieuse soulignant l’urgence de travaux et diverses affectations suggérées du bâtiment s’avèrent réfléchies et sensées.

La perspective d’une réelle volonté d’agir de tous les secteurs concernés par ce projet de rénovation : aménagement du territoire, urbanisme, patrimoine… les acteurs politiques thudiniens… n’est pas utopique. Un chantier d’une telle envergure est un défi qui mérite le soutien de tous.

Merci de bien vouloir entendre et porter cette belle initiative citoyenne et d’en être des artisans efficaces. Les amoureux de notre belle Ville ont confiance en votre jugement et futures actions.

Françoise Berteaux

Soutien d'Olivier Silveri

Voici une aide matérielle bienvenue. Olivier Silveri marque son adhésion à l'appel au Collège en devenant le photographe officiel du mouvement citoyen.

Olivier va réaliser une véritable campagne photographique dont la chapelle sera le sujet principal. Au fil des travaux, il photographiera cet édifice sous tous les angles afin de garder une trace de son évolution.

Notre photographe espère avoir prochainement accès à l'intérieur de la chapelle ainsi qu'à divers bâtiments offrant des vues imprenables.

Vous pouvez visionner quelques-uns de ses premiers clichés: ici. D'autres viendront prochainement compléter la galerie. Qui sait? Les photographies d'Olivier feront peut-être l'objet d'une exposition dans la chapelle rénovée...