19/12/2012

Jodoigne - chapelle Notre-Dame du Marché

Voilà un exemple qui ressemble trait pour trait à la chapelle des Soeurs grises de Thuin. Dans le commentaire,  il suffit de remplacer Jodoigne par Thuin et Notre Dame par Sainte Elisabeth pour comprendre que ce qui a été possible dans cette charmante localité brabançonne l'est aussi dans notre cité.

Visionnez le reportage de Télétourisme en cliquant ici.

Pour les plus mordus, la télévision communautaire du Brabant wallon a également consacré une capsule vidéo sur ce sujet.

Quand la volonté est présente, tout devient possible.

02/12/2012

Expo - Céramique et peinture

Evelyne Dumont et ses créations
En guise de protestation contre la volonté des autorités communales de détruire la chapelle des Sœurs grises, Evelyne Dumont, artiste et animatrice du Club Céramique de Thuin, a décidé de consacrer quelques œuvres à ce sujet et de laisser exprimer sa poésie.
 
La statue de gauche représente une religieuse franciscaine en pleine forme alors que celle de droite, utilisant le raku, offre un profil craquelé à l’image du pauvre état de la chapelle.
 
L’exposition se tient jusqu’au 8 décembre au Centre Culturel de Thuin (Quartier du Beffroi, 2). Nombre de superbes réalisations sont proposées à la vente. Une idée originale pour vos cadeaux de fin d’année!

15/11/2012

Les réactions du C.H.A.T.

Suite à l'annonce de la prochaine démolition de la chapelle des Soeurs grises, le Centre d'Histoire et d'Art de la Thudinie a émis quelques commentaires.
 
"De retour du conseil communal, avec la très décevante et triste nouvelle que la subside de 1.000.000€ obtenu de la Région wallonne devrait servir à la démolition de la Chapelle des Soeurs grises  Peut-être façade et clocheton survivront... Mais nous tenons à vous rassurer: le Collège communal n'a pas écarté le projet porté par le Collectif Citoyen et le CHAT! Quelle ironie! Quel cynisme! Nous vous tiendrons au courant des futurs développements."
 
 

14/11/2012

La chapelle, mise à mort

Le lundi 12 novembre 2012 est à marquer d’une pierre noire dans l’Histoire de la Thudinie. Lors du Conseil communal, les élus PS, MR, cdH et FDF ont unanimement avalisé le document qui aboutira à désigner un auteur de projet dont la mission consistera en la démolition de la chapelle des Sœurs grises.
Seuls devraient demeurer la façade avant et le clocheton à condition que ceux-ci ne soient pas déstabilisés par la déconstruction.
Soucieux d’éviter le courroux de l’électeur, les fossoyeurs du patrimoine thudinien se sont bien gardés de dévoiler leur sinistre plan avant les élections communales.
Sitôt voté, sitôt décidé le sort de la chapelle. Espèrent-ils que les Thudiniens auront la mémoire courte et oublieront ce méfait avant 2018? Poser la question, c’est y répondre…
Quoi qu’il en soit, comme il s’y était engagé, le Collectif citoyen fera preuve de jusqu’au-boutisme et vous tiendra informés de la suite des événements.

04/11/2012

Rénovation urbaine

Depuis plusieurs mois, la Ville de Thuin s'est lancée dans une opération de rénovation urbaine visant à revitaliser la partie haute de la cité.
 
En réalité, il s'agit de la deuxième opération de ce type menée à Thuin. Fin des années 70 - début des années 80, les autorités de l'époque avaient déjà fait appel à ce mécanisme pour remédier au délabrement du quartier bordant le beffroi.
 
Pour ceux qui ne s'en rappeleraient plus, le projet a notamment abouti à l'érection du quartier, aujourd'hui, dit "du beffroi".
 
Suite à la redécouverte d'une publication "stencilée" contemporaire du projet, nous sommes en mesure de vous en livrer un passage.
 
"Sont prévus [...] pour un total de 650 m²: une salle de spectacle et d'animation en sous-sol avec une petite cafétaria; un local pour le syndicat d'initiative touristique; un [...] musée [d'histoite locale et régionale] et une salle d'exposition temporaire".
 
Concernant la salle de spectacle, il s'agit du local qui a, durant de nombreuses années, été appelé "Salle de la Rénovation". Il faut souligner que le seul élément qui n'a jamais été mis en oeuvre est le musée d'histoire que le C.H.A.T. réclame sans relâche.
 
Bien que ce projet de 650 m² ait été conçu, il y a plus de 30 ans, les similitudes avec la Maison de la Thudinie sont frappantes:
  • les fonctions (espace muséal, salle d'exposition...) sont identiques;
  • la volonté de développer une activité culturelle en coeur de ville est également commune.
En conclusion, on peut écrire que les bonnes idées traversent le temps sans prendre une ride mais que, près de trois décennies après, le musée n'a jamais vu le jour en centre urbain.
 
 

Logo de la rénovation urbaine des années 80
 

17/10/2012

Dans les pas des Soeurs grises : un franc succès

Malgré les désistements liés à la pluie automnale qui avait décidé de s'inviter durant le début de la promenade, ce n'est pas moins d'une trentaine de personnes qui ont pris part à la balade "Dans les pas des Soeurs grises" du samedi 6 octobre 2012.
Elisa Colot, une guide enthousiaste
Sous la houlette d'Elisa Colot qui a déployé un enthousiame communicatif, le groupe a emprunté les ruelles et poternes, autrefois, fréquentées par les Soeurs grises.
Ce fut l'occasion de prendre conscience de l'importance de cette communauté religieuse dans l'histoire de la cité.
Car la culture et l'horeca sont intimement liés, les plus vaillants ont terminé cette enrichissante après-midi autour d'un verre dans un établissement de la ville-basse.

11/10/2012

Echos de la presse (7/12)


Dans le cadre du premier anniversaire du Collectif citoyen pour la sauvegarde, la rénovation et la réaffectation de la Chapelle des Soeurs grises, Le Soir du 5 octobre 2012 a consacré un article sur le volet "participation citoyenne" de la démarche. Cet article est intitulé "Les citoyens peuvent aussi prendre le pouvoir".
Le lundi 8 octobre, Vivacité, à son tour, se faisait l'écho de cet anniversaire. Vous pouvez écouter le billet, à partir de la 241ème seconde en suivant ce lien ou le lire sur le site RTBF Info.

Finalement, mardi 9 octobre, La Nouvelle Gazette tirait le bilan du Collectif citoyen.

09/10/2012

Elections 2012 : les projets des partis politiques



A une encablure des élections communales de 2012, il est pertinent de réaliser une synthèse des propositions des partis politiques à l’égard de la chapelle des Sœurs grises.
 
De sorte que le Collectif citoyen puisse mener à bien cet exercice, celui-ci a, début septembre, interrogé toutes les familles politiques.
 
Si FDF-Horizon, ECOLO, IC et le PS ont joué le jeu de la participation citoyenne, un carton rouge est à attribuer au MR qui n’a pas répondu à l’appel du Collectif.
 
Après analyse des divers documents disponibles, il ressort clairement que l’avenir de la chapelle Sainte-Elisabeth est fort sombre ou, pour le moins, incertain.
 
Les cinq formations en lice sont à classer en deux catégories:
  • Ceux qui se contentent, au mieux, du service minimum ou, au pire, du pourrissement potentiel de la chapelle à savoir, PS, MR et IC;
  • Ceux qui proposent un projet encore flou soit ECOLO et FDF-Horizon.
 
Ci-dessous, en cliquant sur le nom du parti politique, vous pourrez lire un billet analysant leurs propositions:

PS : service minimum

Concernant les projets du PS pour la chapelle, le programme pour les élections communales de 2012 mentionne la proposition suivante : « investir en priorité dans la réhabilitation des chancres », la chapelle des Sœurs grises étant citée en exemple. En outre, il précise que « la réaffectation choisie le sera en fonction des subsides obtenus ». La démarche habituelle veut que l’on définisse un projet pour ensuite aller chercher le financement adéquat et non l’inverse.
Notons également que, lors du débat diffusé sur Télésambre, le représentant socialiste ne s’est pas exprimé sur le sujet.
Quant à la réponse suite à l’interpellation citoyenne, elle rappelle que « ni le calendrier, ni la réaffectation n’ont encore été tranchés ; seul le mode de financement l’est : il s’agira de fonds de la Région wallonne, de la Ville et de fonds privés si le projet finalisé est un partenariat public/privé ».

Pour le projet de ville 2012-2020 du PS, il mentionne une "rénovation et réaffectation [...] pour un montant de 3.000.000€".

En conclusion, les propositions du PS apparaissent comme toujours floues et peu abouties et, ce après 12 années de gestion de ce dossier.
Dès lors, le Collectif citoyen juge qu’à terme, la probabilité de dégradation ou de disparition de cet édifice remarquable est élevée.

MR : le monde du silence

Alors que quelques candidats réformateurs s’étaient engagés à répondre à l’interpellation du Collectif citoyen, celui-ci n’a reçu aucune des précisions souhaitées. Doit-on conclure qu’avant même d’être (ré)élus, ces candidats se détournent déjà de leurs engagements et promesses?
 
En outre, la tête de liste MR est restée silencieux lorsque le débat de Télésambre a abordé la question du devenir de la chapelle des Sœurs grises.
 
Quant au programme électoral, il ne se penche pas spécifiquement sur ce patrimoine en péril.
 
La seule lueur d’espoir est cette proposition : « ramener la culture au cœur de la ville par la réaffectation et le réaménagement du patrimoine existant ». Cela concerne-t-il la chapelle ? Le temps nous le dira.
 
Par conséquent, à terme, la probabilité de dégradation ou de disparition de ce monument thudinien est élevée.
 



 

IC : il est urgent… d’attendre

Au travers du programme du groupe IC, de l’émission de Télésambre et de la réponse à l’interpellation du Collectif citoyen, les représentants de la liste Intérêts communaux sont constants dans leurs propos.
 
Tout en maniant la langue de bois, ils proposent de réfléchir à une affectation pour la chapelle des Sœurs grises.
 
Cet attentisme est fort étonnant puisqu'en 1997, les Humanistes ont été étroitement associés au passage de la chapelle des Sœurs grises dans le giron communal.
 
Il est curieux que, 15 ans après, ils ne proposent pas d'affectation d’autant plus quand on se présente au suffrage des citoyens pour gérer les affaires thudiniennes jusqu’en 2018.
 
Tout bien considéré, il ressort qu’à terme, la probabilité de dégradation ou de disparition de ce monument thudinien est élevée.

ECOLO : réponses multiples

Cohérents avec leur tradition de participation citoyenne, les Ecologistes ont pris la peine de répondre au Collectif citoyen. Malheureusement, leur missive demeure fort peu concrète et ne propose pas de réel projet.
 
En revanche, le programme ECOLO prévoit de « rénover l’enveloppe extérieure de la chapelle des Sœurs Grises à partir du subside de 1.070.000€ octroyé par le Ministre Henry ». Il serait effectivement ahurissant de ne pas utiliser cette aide wallonne pour sauver ce bâtiment remarquable. Malheureusement, le programme ne va pas plus loin et ne détaille pas l’affectation retenue, les financements potentiels et les délais d’exécution.
 
De plus, durant le débat sur Télésambre, le participant ECOLO a été le seul à faire référence à la Maison de la Thudinie et des Thudiniens et a estimé ce projet « valable ».
 
En conclusion, à terme, la probabilité de dégradation ou de disparition de la chapelle est jugée moyenne.

FDF-Horizon : un projet en maturation

Bien que la chapelle soit absente du programme diffusé par le groupe FDF-Horizon, cette formation a été la plus prompte à fournir une proposition détaillée de réhabilitation pour la chapelle Sainte-Elisabeth: une salle de spectacle intimiste pluridisciplinaire.
 
La tête de liste FDF-Horizon a d’ailleurs défendu cette idée pendant le débat mis sur pied par Télésambre.
 
Si la fonction envisagée paraît être respectueuse du caractère artistique et architectural de cet ancien édifice religieux, l’affinage de cette proposition demande encore beaucoup de travail notamment au niveau des délais de réalisation.
 
Il est, par conséquent, judicieux de conclure que la probabilité de dégradation ou de disparition de la chapelle est moyenne.

14/09/2012

Dans les pas des Soeurs grises


Le Centre d’Histoire et d’Art de la Thudinie (C.H.A.T.) en partenariat avec le Collectif citoyen vous proposent de participer ce 6 octobre à une balade d’environ deux heures vous emmenant dans les pas des Sœurs grises à travers le centre de Thuin. Cette visite guidée, réalisée par Elisa Colot, vous permettra de mieux cerner l’importance de cette communauté religieuse dans l’histoire de la cité aux remparts.
 
Le point de départ est fixé à 13h30 devant l’Institut Notre-Dame de Thuin (rue Benoît-Constant Fauconnier). Le prix, tout symbolique, est de 2 € par personne : la somme récoltée sera reversée au C.H.A.T. et pourra servir à l’éventuelle rénovation de la chapelle des Sœurs grises.
 
Merci de réserver votre place, par téléphone au 0496/50.86.03 ou par e-mail, chat.thuin@hotmail.com, en précisant bien le nombre de personnes.

09/09/2012

Interpellation des candidats aux élections communales

Le 14 octobre prochain, les Thudiniennes et les Thudiniens seront appelés à renouveler l’ensemble du Conseil communal. Dans cette optique, il a semblé opportun au Collectif citoyen de contacter les têtes de liste des cinq formations qui seront en lice – à savoir Sébastion Brousse (Ecolo), Geneviève Cordier (FDF – Horizon 2012), Karine Cosyns (IC), Paul Furlan (PS) et Marie-Françoise Nicaise (MR) – afin de connaître les projets de réaménagement et réaffectation qu’ils mettront en œuvre entre 2012 et 2018.
 
Dans les semaines à venir, le Collectif citoyen ne manquera pas de porter à votre connaissance les diverses positions des cinq listes en compétition.
 
Ci-dessous, vous pourrez prendre connaissance de l’intégralité du courrier expédié.


Mesdames et Messieurs les têtes de liste,

Depuis maintenant un an, le Collectif citoyen pour la sauvegarde, la rénovation et la réaffectation de la chapelle des Sœurs grises fédérant diverses associations locales et plusieurs centaines de Thudiniens s’active, avec énergie, afin de redonner son lustre à cet édifice exceptionnel du patrimoine wallon.
 
Cette action combinée à celles d’autres acteurs a notamment déjà permis:
  • de rappeler l’attachement des Thudiniens à ce morceau de leur Histoire;
  • d’éviter temporairement sa démolition partielle, voire totale;
  • de proposer diverses possibilités crédibles de réaffectation respectueuses de l’architecture du bâtiment;
  • de mettre en garde contre le peu de réalisme et de fiabilité d’un projet privé visant une occupation par une activité liée à l’horeca ou à la fonction résidentielle, faute d’un business plan solide;
  • de décrocher un subside de 1.070.000 € auprès du Ministre Philippe Henry dans le cadre du Plan Marshall 2.Vert;
  • de souligner l’urgence d’utiliser le subside alloué par la Wallonie au risque de le perdre ou de le détourner de la chapelle.
Le dimanche 14 octobre prochain, votre formation politique soumettra la candidature de 23 Thudiniens au vote des habitants de la commune. Ceux qui seront élus auront la lourde tâche de gérer la Cité jusqu’en 2018. Dès lors, le Collectif citoyen se permet d’interpeller l’ensemble des candidats figurant sur votre liste électorale en vue de connaître leurs projets et intentions à l’égard de la chapelle Sainte-Elisabeth de Hongrie, héritage commun des Thudiniens et des Wallons.
 
A travers le Collectif, la Thudinie qui s’est mobilisée en faveur de la chapelle souhaite que vous portiez à sa connaissance, au moins, les éléments suivants:
  • le calendrier que vous préconisez pour la rénovation de l’enveloppe extérieure du bâtiment;
  • le calendrier que vous respecterez pour la rénovation intérieure;
  • les modes de financement mis en œuvre;
  • la ou les fonctions qui occuperont l’édifice réhabilité.
Nous espérons que vous serez en mesure de nous communiquer vos engagements détaillés pour le devenir de la chapelle des Sœurs grises, au plus tard pour le 30 septembre prochain. Bien évidemment, nous ne manquerons pas de relayer vos réponses auprès des amis de la Thudinie et de son patrimoine. Par ailleurs, une absence de réponse serait interprétée comme un manque d’intérêt pour ce bâtiment remarquable.
 
Dans l’attente de vos nouvelles rapides, nous vous prions d’agréer, Mesdames et Messieurs les têtes de liste, nos salutations distinguées.
 
Pour le Collectif citoyen,
 
 
Nicolas Mairy & François Joye

29/08/2012

Ce qu'en dit un guide touristique de 1936 !

Christian Delbruyere qui nous avait déjà transmis une éclairante photo de la chapelle en 1989 a eu la gentillesse de porter à notre connaissance l'existence d'un guide touristique de 1936 qui relevait le caractère remarquable du couvent des Soeurs grises. En voici un extrait:

"Le Couvent des Sœurs de Notre-Dame attire nos regards par la façade de sa chapelle.
Il était occupé sous l’ancien régime par des Sœurs Grises du Tiers Ordre régulier de Saint François; ces religieuses soignaient les malades.
L’établissement, très modeste à ses débuts, ne tarda pas à devenir important.
En 1732, un incendie très violent détruisit les bâtiments. Ils furent réédifiés grâce aux libéralités de l’abbé de Lobbes, dom Théodulphe Barnabé, oncle d’une religieuse. Les armoiries de ce prélat surmontent, pour cette raison, la porte de la chapelle.
Pour échapper à la fureur révolutionnaire, les Sœurs Grises quittèrent le monastère, sauf la supérieure, âgée et infirme et deux sœurs qui l’assistaient. Elles eurent beaucoup à souffrir, dit-on, des mauvais traitements dont elles furent l’objet.
Peu après la tourmente, trois religieuses vinrent continuer leur œuvre de miséricorde dans le couvent abandonné. Une dame de l’abbaye de la Thure se joignit à elles.
Très avancées en âge, elles ne purent longtemps accomplir leur charitable office. L’administration communale fit alors appel aux sœurs de Notre-Dame, de Namur, qui arrivèrent le 3 novembre 1817.
Ce sont encore des religieuses de la même congrégation qui occupent le couvent [en 1936]. Elles se consacrent uniquement à l’éducation des jeunes filles depuis que la ville a fait édifier un hospice (confié aux soins des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul).
Dans le couvent des anciennes Sœurs grises, on vénère la statue dite «de notre-Dame du Paradis». Elle provient de l’abbaye de la Thure (Solre-sur-Sambre) où, l’an 1681, elle aurait été miraculeusement apportée."

Source : Margot G. (1936), Guide à l’usage des Touristes,
Géographie et Histoire locales, pp. 36-37

16/08/2012

Quelques dates-clés...

• XVe siècle                             installation des Sœurs grises à Thuin
• 1716                                     fonte de la cloche
• 1732                                     1er incendie
• 1745                                     2ème incendie
• Fin XVIIIe siècle                     Révolution française : dévastations du couvent ainsi que de la chapelle
                                              et fuite des religieuses à Nivelles
• XVIIIe siècle                          réparation des dégâts dus aux incendies
• 1803                                    quatre religieuses rentrent à Thuin
• 1817                                    les Sœurs de Notre-Dame de Namur remplacent les Sœurs grises
• 1854                                    installation d’un nouvel orgue
• 1873                                    reconstruction de la partie supérieure de la façade principale
• 1887                                    les religieuses se consacrent exclusivement à l’enseignement et
                                              abandonnent la fonction hospitalière
• 1889                                    nouveaux vitraux
• 1972                                    classement comme monument en raison de sa valeur artistique
• 1974                                    classement de l’orgue
• 1982                                    la communauté religieuse quitte le couvent
• 1997                                    achat par la Ville de Thuin
• 2000                                    pose des échafaudages et de la bâche
• 2003                                    mise en vente infructueuse du bâtiment
• 2011                                    fermeture de la Grand’Rue
• 2012                                    stabilisation du fronton

02/08/2012

Une brique dans le ventre

Fin janvier 2012, la célèbre émission "Une brique dans le ventre" de la RTBF dédiait un de ses numéros hebdomadaires à la transformation de la chapelle des Dames du Saint-Sacrement à Mons en une maison unifamiliale. La réaffectation des édifices religieux devient-elle tendance?

Intéressé? Vous pouvez visionner toute l'émission en cliquant ici.

23/07/2012

Avoir raison trop tôt...

Thuin, le 17 juillet 2012


Mesdames et Messieurs les membres du Collège communal,


Votre courrier du 6 juin dernier nous indiquait que le Collège communal n’avait pas retenu le projet de « Maison de la Thudinie et des Thudiniens » porté par le Centre d’Histoire et d’Art de la Thudinie (C.H.AT.) et par le Collectif citoyen. Vous lui préfériez un projet privé prévoyant un restaurant et un hôtel de luxe.

Dès lors, vous jugiez prématuré d’organiser une réunion avec l’Institut du Patrimoine Wallon (I.P.W.) et de lui demander une expertise sur la possibilité d’implanter la Maison de la Thudinie dans la chapelle des Sœurs grises, alors même que cette étude est sans impact sur les finances communales puisqu’une mission de gestion concernant cet édifice exceptionnel a été confiée à l’I.P.W. par les autorités wallonnes (14/02/2008). Pour le Collectif, cette attitude est clairement imprudente et inconséquente. En effet, en procédant de la sorte, vous ne vous ménagez pas de solution de repli en cas de défaillance du secteur privé. Pour rappel, notre courrier du 4 octobre 2011 attirait déjà l’attention sur les écueils liés à un projet privé et conseillait de garder plusieurs fers au feu.

Or, quelle ne fut pas notre surprise en lisant l’article du 12 juillet 2012 publié dans La Nouvelle Gazette ! On y apprend que « le projet Horeca est tombé à l’eau. […].On pourrait y installer une salle polyvalente pour les écoles, une maison de quartier, du logement ou le musée avec salle d’exposition du Collectif des Sœurs grises. Une réunion est prévue chez le ministre wallon du Patrimoine Carlo Di Antonio avec lefonctionnaire-délégué, le service d’urbanisme de la Ville et l’Institut du Patrimoine Wallon ». Ceci appelle plusieurs commentaires:
  • Comment se peut-il que tout un Collège communal épaulé par ses multiples conseillers puisse se fourvoyer à ce point en ayant discuté exclusivement avec le secteur privé durant une année malgré les diverses mises en garde qui lui ont été adressées? Cette attitude coupable risque de rendre impossible la rénovation de l’enveloppe extérieure du bâtiment, dans les délais impartis (fin 2014), grâce aux subsides régionaux octroyés par le Ministre Henry. Par conséquent, la Ville de Thuin s’expose à perdre 1.070.000€ ou d’allouer cette aide régionale à un autre site au détriment de la chapelle des Sœurs grises dont la lente agonie continuera jusqu’à sa disparition.
  • Le 10 mai et le 6 juin, vous nous écriviez décliner la proposition de réaffectation de la chapelle en Maison de la Thudinie. Or, l’article du 12 juillet reprend, quasi mot pour mot, les idées émises par le Collectif citoyen et le C.H.A.T. Doit-on comprendre que sentant les vents contraires, le Collège ressort opportunément les propositions qu’il avait balayées précédemment?
  • Quant à l’organisation d’un grand pow wow avec le représentant du Ministre du Patrimoine, avec le fonctionnaire-délégué, avec l’I.P.W. et tutti quanti, permettez-nous de nous étonner de ne pas en avoir été avertis et de ne pas y être conviés alors que les projets du Collectif et du C.H.AT. seront au cœur des discussions.
De plus, régulièrement, vous semblez opposer la rénovation de la Chapelle et l’érection d’un méga-pôle culturel. Nous sommes dubitatifs quant à cette rhétorique car, selon nous, il n’existe aucun antagonisme entre les deux. Tout au plus, l’aspect budgétaire lié à deux projets d’envergure peut susciter quelques interrogations qui sont vite écartées:
  • Notre courrier du 21 mars 2012 énumérait toute une série de pistes concrètes et réalistes pour alléger l’impact budgétaire communal de la rénovation de la chapelle. Par souci de concision, nous rappellerons uniquement le principe du partenariat privé-public-population et la possibilité réelle d’un large mécénat.
  • Le phasage favorable puisque, vu le moratoire en vigueur à la Fédération Wallonie-Bruxelles et les innombrables demandes émanant d’autres pouvoirs locaux, la création d’un gigantesque pôle culturel ne débutera au mieux qu’en 2015 voire en 2020 alors que la rénovation de la chapelle doit aboutir pour 2014.
  • Lors du Conseil communal du 10 juillet dernier, Paul Furlan, Bourgmestre en titre, déclarait que la « capacité d’investir [de La Ville] n’est […] pas du tout altérée […] » (L’Avenir, 12/07/2012). Cette annonce accrédite donc la faisabilité de mener à bien ces deux potentiels phares du développement de la Ville de Thuin.
En espérant que vous estimerez légitimes les inquiétudes contenues dans ce courrier, nous restons à votre disposition pour toute explication complémentaire et vous prions d’agréer nos salutations distinguées.

Le collectif citoyen

15/07/2012

L'investisseur privé s'est fait la malle

Via l'article du 12 juillet 2012 publié dans La Nouvelle Gazette, le Collectif citoyen a appris que  le providentiel investisseur privé courtisé par les autorités locales renonçait à s'engager à développer un retaurant et un hôtel de luxe dans la chapelle des Soeurs grises.

Cette décision n'est toutefois pas une surprise. Dès le 4 octobre 2011, le Collectif citoyen avait mis en garde la majorité communale face à cette stratégie risquée qui visait, à tout prix, une reconversion par le secteur privé.

Neuf mois plus tard, nous revoici à la case départ. Assistons-nous à la chronique d'un fiasco annoncé?

Quoi qu'il en soit, le Collectif citoyen continue de mettre tout en oeuvre pour assurer la sauvegarde, la rénovation et la réaffectation de ce patrimoine inestimable. Il ne manquera pas de rappeler ces propositions alternatives.

05/07/2012

Le centre urbain fait sens

Fin mars, le Centre d'Histoire et d'Art de la Thudinie et le Collectif citoyen communiquaient au Collège communal leur projet de Maison de la Thudinie et des Thudiniens.

Il y a quelques semaines, par voie postale, le Collège leur signifiait une fin de non-recevoir au prétexte que le futur pôle culturel mobiliserait toutes les ressources financières de la Ville de Thuin. Toutefois, les autorités locales se verraient bien récupérer l'une ou l'autre fonction proposée par le C.H.AT. et le Collectif dans cette future méga-infrastructure.

Ci-dessous, nous vous livrons un extrait de la réaction du C.H.A.T. qui démontre l'intérêt d'une localisation en centre-ville dans un bâtiment à haute valeure patrimoniale.

"[...] Nous souhaiterions néanmoins privilégier une implantation dans le centre ancien de la Ville de Thuin et non en périphérie de celui-ci. En effet, au vu de ses statuts et activités, le C.H.A.T. souhaite préserver le patrimoine de notre région. Or, les bâtiments en friche d’ordre patrimonial se trouvant dans le périmètre défini par le projet de « Rénovation urbaine » sont nombreux: la Chapelle des Sœurs grises, le collège des Oratoriens, le Refuge de l’abbaye de Lobbes (la Poste), Intersud. A nos yeux, l’occupation d’un de ces bâtiments serait plus porteuse de sens que d’être abrité dans un espace nouvellement créé.

Remarquons, en outre, qu’un musée à plus grande proximité des établissements horeca et des autres institutions scolaires permettrait plus de possibilités d’interaction avec ceux-ci et les vitaliserait à coup sûr. [...]"



24/06/2012

Drône de vues

En mars dernier, nous vous présentions la vidéo tournée par Asymétrie et Fly'n Flash. Outre ce film, les auteurs ont également pris de nombreuses photographies aériennes du bâtiment par une belle journée de novembre.

En exclusivité, nous vous en présentons une sélection d'une demi-douzaine. Visionnez ici.

14/06/2012

Information du Ministre Henry

Fin mars, en vue de favoriser la sélection du site de la chapelle des Soeurs grises dans le cadre de la réhabilitation des friches financée par le Plan Marshall 2.Vert, le Collectif citoyen a pris la peine de communiquer au Ministre Philippe Henry le projet de réaffectation: Maison de la Thudinie et des Thudiniens.

Manifestement, cette démarche n'a pas été veine puisque la chapelle a finalement été retenue.

Notons la courtoisie et la correction de Monsieur Philippe Henry puisqu'il est la seule autorité officielle qui a jugé bon d'en avertir directement et personnellement les initiateurs du mouvement citoyen. Ci-dessous, vous trouverez le courrier in extenso.

"Messieurs,

Votre courrier du 28 mars 2012, relatif à l'objet repris sous rubrique, m'est bien parvenu et a retenu toute mon attention.

J'ai le plaisir de vous informer que, sur ma proposition, le Gouvernement a retenu le financement du réaménagement de la "Chapelle des Soeurs grises" pour 1.070.000 € dans le cadre du Plan Marshall 2.Vert au profit de la Ville de Thuin.

Cette décision ouvre donc la porte à la réalisation de cette opération par la Ville qui peut dès à présent mettre en oeuvre ce projet qui vous tient à coeur.

Mon administration et mon Cabinet se tiennent à sa disposition pour aider à cette réalisation.

Vous souhaitant bonne réception de la présente, je vous prie de croire, Messieurs, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Le Ministre,




Philippe Henry"

03/06/2012

Echos de la presse (6/12)

Le 30 mai, dans les pages du quotidien Vers l'Avenir, Nathalie Bruyr revenait sur la volonté des autorités communales de créer un pôle culturel en périphérie de la ville et sur les problèmes rencontrés pour établir un plan financier crédible en vue de l'implantation d'un hôtel-restaurant dans la chapelle des Soeurs grises.

L'article se fait aussi l'écho des doutes et des risques mis en lumière par le collectif citoyen.

Vous pouvez lire l'intégralité du papier en cliquant sur ce lien.

24/05/2012

Echos de la presse (5/12)

Le mercredi 23 mai 2012, Elisabeth Mathieu, journaliste à La Nouvelle Gazette, dédiait un nouvel article à la Chapelle des Sœurs grises et l’intitulait «Projet d’hôtel compromis – Le promoteur privé ne parvient pas à réunir les fonds».

Face aux problèmes rencontrés pour boucler son financement par le promoteur de l’hôtel 4 étoiles combiné à un restaurant gastronomique, Vincent Crampont déclare que, même si ce projet ne se réalise pas, la Ville continuera à rechercher un investisseur privé dans le domaine de l’horeca.

Ces dernières informations appellent trois commentaires:
  • La clairvoyance du Collectif citoyen qui, dans son courrier du 4 octobre 2011, mettait déjà en doute la viabilité économique d’une activité horeca;
  • La mise à l’écart du projet de Maison de la Thudinie porté par le C.H.A.T. avec l’aide du Collectif citoyen;
  • Le risque de gabegie avec les fonds obtenus (1.070.000€) du Plan Marshall 2.Vert. En effet, sans déterminer définitivement l’affectation de la chapelle avant la rénovation de son enveloppe extérieure, le risque est grand de payer deux fois des travaux. Explication : l’horeca ou le logement nécessite de grandes ouvertures (fenêtres, portes vitrées…). Le plan Marshall peut les financer. Mais si le projet ne voit pas le jour et que l’on décide d’y faire autre chose. Une partie des ouvertures créées seront rebouchées entrainant un deuxième coût. Et inversement, si, dans un premier temps, on rénove les murs aveugles et qu’ensuite, le projet requiert des ouvertures. Le contribuable payera deux fois.
La méconnaissance par les autorités locales des mécanismes régissant le secteur immobilier risque de provoquer un gaspillage de deniers publics. On se retrouvera, alors, avec un bâtiment, certes, extérieurement rénové mais vide. Par conséquent, la lente agonie de la chapelle recommencera...

10/05/2012

Nul n’est prophète en son pays

Depuis août 2011, le Collectif citoyen plaide pour une reconnaissance de la chapelle des Sœurs grises en tant que site à réaménager (SAR).

A aucun moment, le Collège communal n’a pris la peine de répondre à nos interpellations quant à la défense prioritaire de ce dossier auprès du ministre compétent.

Comme Sébastien Brousse l’annonçait, il y a peu; le Conseil communal du 8 mai 2012 a confirmé que le Ministre Philippe Henry a retenu cette option et dégagé 1.070.000€. L’expression «nul n’est prophète en son pays» prend tout son sens quand l’on sait que quelques Thudiniens avaient déjà évoqué cette possibilité en 2008 sans que les instances communales ne bougent.

Concrètement, cela signifie que la Wallonie financera à 100% le coût de la réhabilitation de l’enveloppe extérieure de la chapelle (principalement, la toiture, les murs, les châssis et la stabilité). Le budget communal est ainsi totalement préservé! Ce qui était un engagement du Collectif…

Seules ombres au tableau: les délais. Ce financement est lié au Plan Marshall 2.vert. Or, ce plan de relance impose d’avoir utilisé les montants octroyés d’ici 2014.

Considérant les longueurs des procédures administratives et des chantiers, il est capital que le Conseil communal décide rapidement et définitivement de l’affectation finale de ce bijou patrimonial.

A défaut, le subside sera perdu et la chapelle Saint-Elisabeth continuera inexorablement à sombrer.

D’ailleurs, ces presque neuf mois de tergiversations n’ont pas été mis à profit pour choisir le projet de réaffectation. Après tout ce temps, deux projets demeurent : celui d’un promoteur privé pour un hôtel-restaurant de luxe et celui d’un C.H.A.T. (la Maison de la Thudinie et des Thudiniens) qui souhaite y implanter un espace muséal, une maison de quartier et un espace polyvalent dédié aux associations.

Rappelons que le promoteur privé avait promis de détailler son plan de financement pour janvier 2012… De retard en délai supplémentaire, la survie de la chapelle est chaque jour un peu plus hypothéquée.

29/04/2012

Un partenariat public-privé-population

En l'état des connaissances, le budget estimé pour la réalisation de la Maison de la Thudinie et des Thudiniens avoisine les 3.000.000€. Bien évidemment, celui-ci ne peut être totalement supporté par les finances communales.

C'est pourquoi le Collectif citoyen a imaginé s'appuyer sur trois sources principales de financement:
  • les aides et subsides publics;
  • les gratifications privées;
  • les apports de la société civile.
Concernant les aides publiques, les niveaux de pouvoir supérieurs seront sollicités à travers plusieurs de leurs départements: l'aménagement du territoire, le patrimoine, le tourisme, la politique de la ville, la culture...

Déduction faite de ces multiples sources, il demeurerait à trouver entre 600.000 et 800.000€.

Pour le secteur privé, outre les dons en nature, l'aide de Prométhéa asbl sera demandée. Cet organisme a pour mission le développement du mécénat d'entreprise dans le domaine des Arts et du Patrimoine et aide les sociétés privées à optimiser fiscalement leurs dons et à maximiser les retombées médiatiques.

Malgré la forte mobilisation citoyenne, le Collectif a jusqu'à ce jour refusé tout don pécuniaire. Dès que les garanties sur la réalisation de la Maison de la Thudinie seront obtenues des autorités locales, il n'en ira plus de même. Toute forme de don sera favorisée et acceptée. Pour les apports en espèce, la déductibilité fiscale sera activée.

Parallèlement, des manifestations diverses et variées seront mises sur pied afin de conserver l'attention sur la chapelle et de récolter des fonds.

De plus, divers fonds et fondations seront contactées pour contribuer à la concrétisation de ce projet prometteur.

21/04/2012

Echos de la presse (4/12)

Le 4 avril dernier, un article de La Nouvelle Gazette détaillait  ce qu'il faut entendre par Maison de la Thudinie et des Thudiniens.

Le jour suivant, à l'occasion de la réouverture de la Grand'Rue, Bel-RTL disait quelques mots sur ce concept (à partir de 2'25'').

Le jeudi 12 avril, la DH entrait aussi dans la danse en consacrant un article sur ce projet citoyen.

Il nous revient aussi que Vivacité aurait dédié un court reportage à la Maison de la Thudinie dans ces nouvelles régionales.

08/04/2012

La Maison de la Thudinie et des Thudiniens

Le 23 mars dernier, Vers l'Avenir publiait un article dédié au projet porté, notamment par le CHAT et le Collectif citoyen, en vue de créer une Maison de la Thudinie et des Thudiniens. Que recouvre ce concept?

Sans toucher de manière significative à l'aspect extérieur du bâtiment, il est proposé d'y aménager trois étages comme l'imaginait une étude de l'IPW datant du début des années 2000.

Le rez-de-chaussée, tout en communiquant avec les étages supérieurs, pourra être isolé afin de le rendre autonome. En fonction des demandes, ceci autorisera une conversion en espace multifonctionnel au profit, entre autres, des mouvements associatifs, des citoyens et des artistes en tout genre. En d'autres termes, cela sera la maison de quartier et des associations ainsi qu'un espace d'exposition temporaire pour les Artistes de Thudinie, les talents locaux, le Centre d'Histoire et d'Art de la Thudinie (CHAT)... ou, encore, une salle de concert (chorales, Académie de Musique, musique classique, instrumentale...).

Quant à lui, le premier étage sera réservé à l'espace muséal géré par le CHAT qui mettra en valeur ses riches et inestimables collections pour retracer les grandes lignes de l'Histoire de la Thudinie et des Thudiniens. Cette exposition permanente s'appuyera sur des expositions temporaires qui se tiendront au rez-de-chaussée.

L'étage supérieur sera consacré aux réserves et ateliers du CHAT. Moyennant l'accompagnement d'un guide, cet étage sera visitable. Cette option peut aussi s'imaginer pour la magnifique charpente.

Selon les premières estimations, il serait envisageable de créer un quatrième étage ce qui engendre une opportunité pour y développer des activités complémentaires.

Plus d'infos seront publiées dans de prochains billets.

31/03/2012

Accès à l'information

Après sept mois de démarches, le Collectif citoyen a finalement été reçu, le jeudi 22 mars, par les autorités communales. Ce sont Mesdames Anne-Sophie Dujardin, Conseillère en aménagement du territoire et urbanisme, et Michèle Dutrieux, Secrétaire communale, qui représentaient la Ville de Thuin.

Au terme de cette entrevue, il a été convenu de donner accès au chantier et aux diverses expertises relatives à la chapelle des Soeurs grises.

"La persévérance, c'est ce qui rend l'impossible possible, le possible probable et le probable réalisé"
Robert Half

23/03/2012

Echos de la presse (3/12)

Le 23 mars, l'édition "Entre-Sambre-et-Meuse" de Vers l'Avenir a relayé sur une double page le projet de Maison de la Thudinie et des Thudiniens porté par le Collectif citoyen et le Centre d'Histoire et d'Art de la Thudinie.

Non seulement, les initiateurs justifient les raisons de la localisation, dans la chapelle, de ce moteur de développement économique mais, en plus, ils tracent les grandes lignes du financement de ce projet. Rien que du concret et du fiable...

Plus de détails suivront prochainement sur ce blog.

21/03/2012

Hollywood-sur-Sambre

Après les photos d'Olivier Silveri et le logo de Christophe Vandersmissen, Xavier Vanabelle, patron d'Asymétrie, a décidé de mettre ses compétences professionnelles au service du sauvetage de la chapelle des Soeurs grises.

En partenariat avec Fly'n Flash qui a assuré les prises de vue grâce à un drône, l'équipe d'Asymétrie a réalisé une impressionnante capsule vidéo mettant en valeur la chapelle et, particulièrement, son fronton.

Place à l'émotion...


14/03/2012

Une chapelle peut en cacher une autre...

Au fil des ans, la chapelle des Soeurs grises était devenue trop spacieuse pour la communauté religieuse et fort difficile à chauffer. C'est ainsi que, dans les années 70, Michel Dussart conçut une ingénieuse installation. A l'image des poupées russes, cet architecte eut l'idée de créer une chapelle dans... la chapelle! Simple, sobre et élégante.

05/03/2012

Iconographie de Sainte Elisabeth

Eglise Matthias
Budapest (H)
La vie d’Elisabeth ainsi que le miracle des roses sont bien sûr les principales sources qui ont inspiré ses iconographes.
Elle est habituellement représentée en princesse ou en tertiaire de l’ordre franciscaine.

Lorsqu'elle est représentée en princesse, elle porte une couronne sur la tête et dans les mains un livre où sont posées deux couronnes. Celles-ci peuvent représenter sa naissance royale, sa piété austère et son abstinence, soit se comprendre comme les trois nœuds de la cordelière franciscaine représentant les vœux de Pauvreté, Chasteté et Obéissance.

Elle tient à la main une aumône, un broc, une corbeille de pain, de fruits et de poissons; elle peut aussi avoir un tablier avec des roses voire des roses seules.

24/02/2012

Marche-en-Famenne - église jésuite

Ancienne église et aile contemporaine
Au cœur de Marche-en-Famenne, l’ancienne église jésuite du XVIIIe siècle a été, avec finesse et habileté, reconvertie en un hôtel 4 étoiles.

A l’église originelle, a été ajoutée une vaste aile contemporaine. Aujourd’hui, outre le lieu de restauration réputé, l’hôtel comporte 75 chambres, 8 salles de séminaires ainsi qu’un espace dédié au bien-être : spa, sauna, hamman, balnéo, piscine de relaxation, massages, soins du corps et du visage.

Cet hôtel bénéficie d’un cadre d’exception puisque l’ensemble du Vieux Marche a été rénové, que ce bâtiment jouxte des espaces publics ouverts de qualité lui permettant, par beau temps, de jouir d’une spacieuse terrasse et que, dans son environnement, la circulation automobile locale est limitée.

16/02/2012

Rénovation urbaine : maladresse ou provocation?

Début de la semaine dernière, certains Thudiniens ont reçu un avis émanant des autorités communales et annonçant le lancement d’une opération de rénovation urbaine. Nous ne pouvons que nous réjouir de la prise de consciente de l’urgence à agir pour enrayer le déclin de la Ville-Haute, qui n’a que trop duré.

A terme, cet espace devrait recevoir de généreux subsides pour la rénovation et la création de logements, l’aménagement d’espaces publics, l’encouragement au développement d’activités économiques dont les commerces…

En revanche, le Collectif citoyen ne peut que déplorer avec la plus grande vigueur la présence, dans cette lettre, d’une phrase tout-à-fait inopportune : «Faut-il raser la Chapelle des Sœurs grises ?».

Les autorités communales seraient-elles en train de renier les engagements pris dans leur courrier-type daté du 21 septembre 2011, à savoir : «Nous [le Collège communal] tenons à vous affirmer que la volonté du Collège est bien de maintenir cet édifice repère dans la structure urbaine de la Ville Haute».

Maladresse ? Provocation ? Manipulation ? Manifestement, cette question choque. Nombre d’entre vous nous a déjà contactés. Une seule réaction aidera le mouvement : répondre au questionnaire en plaidant pour la rénovation de la chapelle par les pouvoirs publics en un espace multifonctionnel apte à accueillir le musée sur l’Histoire de la Thudinie, une salle d’exposition voire un lieu de rencontre pour les riverains et les associations.

Vous trouverez le questionnaire en cliquant sur ce lien.

N’hésitez pas à diffuser l’information!

Au nom du patrimoine thudinien, nous vous en remercions d’avance.

10/02/2012

Jean-Baptiste Chermanne, architecte thudinien

Les plans de la chapelle des Sœurs grises sont généralement attribués à Jean-Baptiste Chermanne. Qui est cet architecte?

Le 112e numéro de Sambre et Heure, publication trimestrielle du Centre d’Histoire et d’Art de la Thudinie (C.H.A.T.) répond brillamment à cette question.

Nous nous permettons de reproduire in extenso l’article qui lui est consacré.

La Thudinie vous passionne, son histoire vous intrigue, ses personnages célèbres ou non vous intéressent… Alors, nous vous invitons à devenir membre du C.H.A.T.

En versant 20€ sur le compte de cette association (IBAN – BE10.0682.0277.6204 & BIC – GKCCBEBB), vous recevrez les quatre numéros annuels de la revue Sambre et Heure.

Jean-Baptiste Chermanne
(Hanzinelle, 1704 – Thuin, 1770)

Architecte de la Chapelle des Sœurs grises

"Les amateurs de vieilles pierres qui observent attentivement le beffroi de Thuin aperçoivent, sur la face ouest de la tour de l’ancienne collégiale de Saint-Théodard, une inscription lapidaire qui forme un chronogramme:

reaeDIfICor I baptIsto CherMane soLertIa

En décryptant ce message gravé, on lit: J’ai été réédifié avec habileté par Jean-Baptiste Charmane et on apprend une date: 1755.

Léonce Deltenre écrit à ce sujet dans son ouvrage Les monuments religieux de Thuin et leur mobilier: Nous croyons, en toute bonne foi, que solertia n’est pas l’expression d’une fatuité d’artiste. Le chanoine ou l’édile lettré auteur du chronogramme, voulut reconnaître le réel savoir-faire de l’architecte. La position de cette pierre épigraphique, ajoute Léonce Deltenre, a fait attribuer à Chermanne la réédification de la tour de la Collégiale. C’est à tort. Chermanne, lors de la restauration de 1755, n’a pas touché au gros œuvre, maçonnerie et charpente, de la tour… La pierre fut mise là, après coup. Il n’empêche que le nom de Chermanne, ainsi gravé dans la pierre, est passé à la postérité. Qui était donc ce personnage bâtisseur que le granit mentionne Chermane et que le regretté archiviste écrit Chermanne, à la manière d’un acte notarié de 1771?

Il y a bien peu de temps qu’on s’intéresse à lui. Pourtant, ce fut en son temps un architecte de renom. Des études récentes en ont montré l’importance, notamment celles de Ferdinand Courtoy (Ville de Namur. La cathédrale Saint-Aubain, 1943), J. Courtoy (L’architecture civile dans le Namurois aux XVIIe et XVIIIe siècles, 1936), Simon Brigode, Léonce Deltenre (op. cit.) et Guy Lemeunier (L’art baroque et classique en Wallonie, 1971). Dans les notices biographiques complétant son ouvrage publié par l’Institut Jules Destrée, ce dernier historien établit comme suit le médaillon de Chermanne : Chermanne (ou Charlemagne) Jean-Baptiste (Hanzinelle 1704 – Thuin 1770), architecte et entrepreneur de l’Entre-Sambre-et-Meuse : hôtel de Groesbeeck à Namur (1750-1752), château de Franc-Waret (1749-1755). Dirige les travaux de Saint-Aubain de Namur, d’après les plans de Pisoni, ou Pizzoni (1751-1760).

Ces quelques renseignements montrent bien le talent de Jean-Baptiste Chermanne. Ils indiquent aussi que cet architecte mourut à Thuin. Léonce Deltenre (op. cit. p. 112-113) a établi une biographie thudinienne complète de Chermanne. La voici : Jean-Baptiste Chermanne habitait dans l’enceinte de Thuin, en face du Marché, près de la Collégiale. Ancien paroissien d’Hanzinelle, il s’était bien incorporé à la cité de Thuin. Avec la permission canonique de son curé d’Hanzinelle, il épousa à Thuin, le 5 février 1736, Jeanne Fagot, une paroissienne de Thuin appartenant à une bonne famille bourgeoise. L’union fut largement bénie. Jeanne Fagot lui donna neuf enfants, baptisés de 1736 à 1754, et mourut à Thuin, le 27 juillet 1758, comblée de mérites et rompue de fatigues.

Jean-Baptiste Chermanne entra dans le stil des drapiers de Thuin en 1736, sans doute par les Fagot qui en faisaient partie. Reçu maître dans le stil, il paya 60 florins, comme étranger et pour dispense d’apprentissage. Pour jouir de la plénitude des droits civils urbains, il fallait appartenir à l’un des bons métiers. Devenu bourgeois de Thuin, il figure, pour la nomination de Magistrat, en 1748, dans la sixième chambre de votes, dite de Saint-Hubert, en qualité de marchand drapier. Il eut l’honneur d’être élu bourgmestre-régent de Thuin pour les années 1753, 1760 et 1764.

Chermanne fut reçu confrère du Saint-Sacrement en 1751. Cette institution paroissiale de Thuin, d’allure aristocratique, ne comporte que 13 membres en vertu de sa constitution de 1529. Le registre de la Compagnie, au jour de son élection, le qualifie d’architecte expert, employant le qualificatif dans son vieux sens, expérimenté, éprouvé.

Chermanne mourut à Thuin le 14 juin 1770. On vendit sa maison le 11 avril 1771 et ses meubles, à l’exception de ses papiers d’architecture, dans le courant de la même année, à la requête de ses héritiers, pour sortir d’indivision.

Outre les travaux cités par Guy Lemeunier, l’architecte Chermanne est encore l’auteur de l’église de Laneffe (1740), de l’église d’Aublain (1755), du château de Croy à Namur, des transformations apportées de 1755 à 1756 à la collégiale Saint-Gangulphe à Florennes, etc.

Léonce Deltenre lui attribue aussi les transformations de la collégiale Saint-Théodard, de Thuin (édifice aujourd’hui disparu) et les plans de l’église du couvent des Sœurs grises, de Thuin (Grand-rue). Comme on le voit, cet architecte thudinien est à placer sur le même plan que de grands bâtisseurs mieux connus.

Roger Foulon

Source : Feuillet Biographique de la Thudinie, 1974, 2e année, n°16
réédité dans Sambre et Heure, 2011, n°112, pp. 3-6

02/02/2012

Humour belge...

Avec son sens de l'humour bien aiguisé, Mathieu Lalot nous livre une troisième oeuvre dont le thème est la sauvegarde de la chapelle des Soeurs grises.

En effet, il adapte avec pertinence un différend communautaire au contexte thudinien.

Garde aux crampes des zygomatiques!

26/01/2012

Mouvements autour de la Chapelle…

Ces dernières semaines, nombre d’amis de la Thudinie ont interrogé les initiateurs du mouvement à propos des derniers développements dans ce dossier.

Avant toute chose, il est utile de rappeler que les multiples propositions de collaboration (10/10/11, 04/10/11 et 08/11/12) adressées au Collège communal sont restées sans réponse. Malgré l’entretien prometteur du 12 novembre 2011 avec Paul Furlan, Bourgmestre en titre, les engagements pris tardent à se concrétiser mais nous ne perdons pas espoir.
Dès lors, les seules informations dont le Collectif citoyen dispose sont celles recueillies via la presse et les témoignages de divers acteurs.
Courant décembre, de nouveaux échafaudages et filets de protection sont venus «enrober» la chapelle des Sœurs grises.
Dans la foulée, une imposante grue a fait son apparition dans la rue Parfait Namur. Depuis lors, le démontage a débuté… Les pierres bleues enlevées sont témérairement entreposées sans protection particulière dans cette même rue avec tous les risques que cela comporte…
Initialement, leur stockage avait été imaginé dans la modeste cour située à l’arrière de la Chapelle. Or, il nous revient que cette cour surplomberait une cavité (probablement, une ancienne citerne). Y déposer des éléments d’un tel poids serait donc exclu…
Il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts en espérant que le lieu futur de l’entreposage sera plus adapté à ce patrimoine exceptionnel et que les éléments démontés feront l’objet d’un numérotage et d’un inventaire minutieux afin de les remettre à leur emplacement initial aussitôt que possible…
Quoi qu’il en soit, cinq mois après la fermeture de la Grand’Rue, force est de constater que les très rassurantes six à huit semaines clamées, par monts et par vaux, par certains édiles et jugées nécessaires à la stabilisation de cet édifice sont très largement dépassées…
En suivant ce lien hypertexte, vous pourrez admirer une sélection de clichés relatifs aux travaux extérieurs en cours.

16/01/2012

Miracle des roses

Une des conditions pour être canonisé est d’être à l’origine d’un ou plusieurs miracles. Il est généralement attribué quelques faits miraculeux à Elisabeth de Hongrie. Le plus connu est le miracle des roses…

Elisabeth avait pris l’habitude de porter du pain aux pauvres. Pour ce faire, elle se rendait seule et à pied à Eisenach. Son époux, Louis IV de Thuringe réprouvait tant d’imprudence.

Un jour, la rencontrant sur le chemin vers cette localité et devinant le but de ce voyage, Louis lui demanda ce qu’elle dissimulait sous son manteau. Pour ne pas le contrarier, elle lui dit que c’étaient des roses avant d’avouer qu’il n’en était rien puisqu’elle cachait du pain pour les indigents.

Néanmoins, ouvrant son manteau, ce sont des roses qui émergèrent et non du pain. C’est le miracle des roses d’Elisabeth de Hongrie.